Guylaine Saucier parle d’éthique et de gouvernance d’entreprise

Share

Lors d’une conférence publique tenue à Glendon le 18 octobre dernier, Guylaine Saucier, qui a été présidente du Comité mixte sur la gouvernance d'entreprise, a abordé la question du lien entre l’éthique et la gouvernance d’entreprise. Personnalité hautement respectée du milieu des affaires, Mme Saucier a connu un parcours des plus éclectiques au sein de la profession, tant dans le secteur privé que dans le secteur public, et elle a accumulé les réalisations exceptionnelles au fil des ans.

C’est une question difficile à aborder, a expliqué Mme Saucier, « … parce que de nos jours, les actionnaires ne font pas confiance à la gestion… » et ce, en raison des cas hautement médiatisés de comportements contraires à l’éthique chez certaines entreprises et leurs principaux dirigeants.

Selon Mme Saucier, le rôle de tout conseil d’administration d’entreprise est d’accroître la valeur pour les actionnaires et de protéger leur investissement. Elle a souligné que si la seule responsabilité d’une entreprise est de faire des profits, l’unique façon d’y arriver d’une manière durable est d’adopter un comportement éthique. « À cette fin, les entreprises doivent tenir compte des enjeux liés à l’environnement et à la gestion des ressources humaines et s’assurer que leurs transactions d’affaires sont honnêtes, transparentes et éthiques », a-t-elle ajouté.

Elle a fait remarquer que le conseil d’administration est l’organe qui, en définitive, prend les décisions concernant les valeurs d’entreprise, le choix et l’évaluation du plus haut dirigeant et les stratégies commerciales d’une société. Il est l’entité qui donne le ton de l’organisation et il doit s’assurer que l’information qu’elle diffuse est fiable.

Mme Saucier a souligné que dans l’ensemble et en dépit de quelques méfaits récents et hautement médiatisés commis par des sociétés, les conseils d’administration sont très conscients et soucieux de leurs responsabilités. L’information qu’ils publient est généralement exacte et suffisamment disponible, même si elle est parfois difficile à déchiffrer pour des lecteurs néophytes.

Dans son allocution, Mme Saucier a commenté les récentes clauses de protection des dénonciateurs, le rôle des ombudsmans et les défis associés au fait de siéger au conseil d’administration de sociétés multinationales. « En fin de compte, le conseil d’administration doit s’assurer que les valeurs de l’entreprise ne sont pas simplement des vœux pieux, qu’elles sont mises en pratique chaque jour et que tous les membres de l’entreprise, du plus haut dirigeant jusqu’à l’employé de plus bas niveau, adhèrent à ces valeurs. Et si un membre du conseil d’administration est incapable d’accepter les pratiques de la société, il doit démissionner », a-t-elle conclu.

Diplômée de l’École des hautes études commerciales de Montréal, Guylaine Saucier est Fellow de l’Institut des comptables agréés et un leader dans sa profession. Elle est membre de l’Ordre du Canada, ex-présidente du conseil d’administration de CBC/Radio-Canada et membre du conseil d’administration de plusieurs grandes entreprises canadiennes, dont Petro-Canada, la Banque de Montréal et Nortel Networks. Mme Saucier a présidé le Comité mixte sur la gouvernance d'entreprise qui était chargé d’examiner l’état de la régie d’entreprise au Canada et a également été présidente du conseil de l'Institut Canadien des Comptables Agréés. Elle a été la première femme nommée à la présidence de la Chambre de commerce du Québec et elle a joué un rôle très actif dans la collectivité à titre de membre du conseil de divers organismes, notamment l'Université de Montréal, l'Orchestre symphonique de Montréal et le Groupe de travail sur la réforme de la sécurité sociale de 1994.

La citation marquant sa nomination à l’Ordre du Canada en 1989 mentionnait « qu’elle avait fait preuve d'un esprit civique exceptionnel et apporté une contribution importante au monde des affaires ».

par Marika Kemeny, agente de communication du Collège Glendon


Publié le 22 October 2004