Le Groupe de recherche de Glendon sur le discours entre les humains et les bonobos rencontrera une équipe internationale à Des Moines

Share

Une équipe de recherche de Glendon, comprenant les chercheurs principaux en linguistique, les professeurs émérites Jim Benson et Bill Greaves et sept autres membres affilés à Glendon, se rendra à Des Moines, dans l’Iowa, pour une rencontre de quatre jours avec d’autres équipes menant des recherches semblables, du 29 avril au 2 mai.

Ces équipes participent à un projet de recherche pluriannuel mené dans plusieurs établissements, afin de créer une base de données consultable comprenant des clips vidéo de conversations entre des bonobos et des humains. La base de données documentera les capacités linguistiques des bonobos et permettra de mieux comprendre l’évolution du langage, d’un point de vue scientifique.

Greaves et Benson sont les chercheurs principaux du projet de recherche Bonobo Human Discourse (BHD) qui a débuté durant l’été 2009. Financé par le programme Research at York (RAY), le groupe de recherche BHD travaille au Centre de recherche sur le contact linguistique (CRCL) de Glendon.

Pendant l’année universitaire 2009-2010, l’équipe comptait cinq étudiants – certains  rémunérés, d’autres bénévoles – à savoir les étudiantes de 2e année de premier cycle Charlotte Petrie, Maria Wong, Laura Guecha et Meng Yang, et une étudiante de 4e année Lidia Giosa qui a été acceptée dans un programme de doctorat en pathologie de la parole à l’University of Louisiana, notamment en raison de sa participation au projet. Les deux autres membres étaient de récents diplômés de Glendon Daniel Byrnes, qui travaille sur le projet depuis l’obtention de son diplôme, et l’étudiant adulte Bruce Anderson.


De gauche à droite :
les professeurs émérites Benson et Greaves avec les membres de l’équipe de recherche à Glendon

Le projet actuel résulte d’une collaboration antérieure entre des chercheurs universitaires de plusieurs pays, dont Sue Savage Rumbaugh, Ph.D. (É.-U.), Paul Thibault, Ph.D. (Norvège), Meena Debashish, Ph.D. (Inde), ainsi que Benson et Greaves. Cette équipe internationale avait travaillé ensemble en 2005 sur un projet financé par la Fondation John Templeton, basé à Glendon. Le groupe a continué à collaborer depuis cette date.

Pour ce projet, Savage-Rumbaugh a fourni 400 heures de séquences vidéo filmées par NHK (la Compagnie de diffusion du Japon), qui représentent un ensemble d’interactions spontanées entre des bonobos et des chercheurs de la Geogia State University. Dans les vidéos, les humains communiquent grâce à la langue parlée et les bonobos se servent du clavier d’un lexigramme de 450 symboles qui produit des mots anglais parlés.

Benson et Greaves ont expliqué que ce projet fournit des occasions d’apprentissage variées aux étudiants qui y participent. « Depuis le début du projet, la formation dont bénéficient les étudiants a une composante internationale. Savage-Rumbaugh travaille à Des Moines, dans l’Iowa, et les données qu’elle a mises à notre disposition ont été réunies en Géorgie. Tandis que nous initions nos étudiants de premier cycle à l’analyse linguistique du discours entre les bonobos et les humains, Rumbaugh faisait participer des étudiants de la Buena Vista University, du Simpson College et de la Missouri State University à un travail sur les bonobos. Les étudiants américains s’intéressaient aux bonobos sur les plans de la psychologie et de l’anthropologie plutôt que de la linguistique. Il était évident que réunir ces jeunes serait très enrichissant. »

Dans le cadre de cette collaboration internationale, Benson et Greaves ont inclus les professeurs américains des divers établissements participants (Sue Savage-Rumbaugh, Carl Halgren, Margie Bruckner, Kenneth Schweller et Don Evans) comme « enseignants » sur le site MOODLE de Glendon consacré au BHG. Leurs étudiants seront aussi prochainement sur le site.

« L’interaction par le biais d’un site Web a toutefois des limites », ont déclaré Benson et Greaves. « La meilleure façon de lancer cette entreprise commune est de se rencontrer en personne. L’équipe de York rencontrera donc les autres équipes au Simpson College à Des Moines durant la fin de semaine du 29 avril. Ce sera une excellente occasion d’échanges. »

Benson et Greaves ont souligné que cette expérience de recherche fournit aux étudiants une expérience multidimensionnelle, comprenant une formation professionnelle pratique et des possibilités de réseautage international. « Notre objectif à long terme est de fournir à un groupe d’étudiants de premier cycle une formation exceptionnelle en recherche, sur une période de trois ans, tout en créant pour eux – et pour nous – les bases d’interactions universitaires qui lieront les étudiants chercheurs des États-Unis et du Canada. »

Un article de Marika Kemeny, agente de communication de Glendon

Publié le 26 avril 2010