Une initiative étudiante : la Société de Glendon pour les activités savantes du 1er cycle

Share

Pour les étudiants qui soumettent leur candidature aux études supérieures, et plus tard, à des postes universitaires ou des postes de cadres supérieurs, les publications savantes ne sont pas seulement un atout : elles font partie de plus en plus des exigences et permettent souvent de trancher entre les dossiers retenus et ceux qui ne le sont pas.


Au fur et mesure de leur progression universitaire, les étudiants du 1er cycle sont amenés à produire bon nombre de travaux qui demandent beaucoup de recherche, qui sont très peaufinés et souvent publiables. Pourtant, dans la plupart des cas, la date limite de remise est souvent une date d’expiration, et tous ces efforts d’analyse et de recherche finissent au fond d’un tiroir.

À gauche : Adrian Camara

Un groupe d’étudiants de 3e et de 4e année de Glendon vient de se former sous le nom de la Société de Glendon pour les activités savantes du 1er cycle. Le groupe est né de l’initiative d’Adrian Camara, étudiant de troisième année en concentration d’études internationales et d’histoire qui compte faire des études de droit à la fin de son baccalauréat.

« Le mandat de la société est d’orienter les étudiants de Glendon vers les périodiques savants qui publient les travaux produits par des étudiants de 1er cycle de partout autour du monde », explique-t-il. Ses associés et lui ont entrepris de faire la liste de tous les périodiques qui conviennent à des recherches effectuées au niveau du baccalauréat, et d’aider les étudiants à présenter leurs manuscrits selon les exigences des différentes publications en respectant les dates limites imposées par celles-ci. « L’idée, c’est de transformer les travaux déjà entamés dans un cours en éléments productifs d’un parcours universitaire ultérieur ou d’une carrière. »

Les résultats sont impressionnants, surtout quand on sait que la Société existe depuis à peine un mois. Adrian Camara travaille en ce moment à compiler dans une base de données les périodiques retenus, du Canada et d’ailleurs – des États-Unis surtout. Il s’agit de revues avec comité de lecture publiées par des universités prestigieuses comme Columbia, Harvard, Princeton, Johns Hopkins, Cambridge (Angleterre), et d’autres. Le Canadian Undergraduate Journal of Cognitive Science, publié sous les auspices de l’Université Simon Fraser, à Vancouver (Colombie-Britannique), et le Dartmouth Law Journal sont deux des publications canadiennes de ce calibre.

Adrian Camara a également mis sur pied un site Web pour la Société, ainsi qu’une page sur Facebook où les étudiants et les professeurs qui le veulent trouveront des hyperliens vers les périodiques, les dates limites et les exigences de publication et de mise en page. La base de données est organisée en fonction des disciplines universitaires et chaque département reçoit un courriel pour rappeler les dates limites qui approchent dans leur domaine. Il y a au moins un périodique pour chaque discipline enseignée à Glendon.



Plusieurs activités en cours au collège sont tout à fait compatibles avec le mandat de la société, selon A. Camara et son groupe, comme les séminaires Capstone ou le Symposium d’études internationales, qui se clôt chaque année par la publication de tous les travaux de recherche réalisés par les étudiants en vue de ce projet d’envergure. Certains professeurs de Glendon travaillent en collaboration avec les étudiants à ces articles, ou l’ont fait par le passé. Parmi ceux-ci, Alejandro Zamora, du département d’Études hispaniques, et Xavier de Vanssay, du département d’Économie.

Adrian Camara indique que beaucoup d’étudiants ont déjà communiqué avec lui pour manifester leur intention d’utiliser les renseignements fournis par la Société et l’aide qu’elle leur propose, et que plusieurs ont déjà envoyé des articles à différents périodiques.

Adrian a l’esprit d’entrepreneuriat et il aime saisir les occasions quand elles se présentent. Il est aussi visiblement très dévoué à Glendon, à la mission du collège et à son statut au sein du monde universitaire. « L’un des buts de notre société est de rehausser la réputation de Glendon comme école d’arts libéraux de premier rang, en publiant les travaux savants de ses étudiants. Le projet de la Société de faire participer les étudiants à des activités universitaires s’inscrit en droite ligne avec l’objectif de Glendon et de York formulé récemment, qui veut faire de York “l’Université engagée” ». Adrian Camara rapporte que le principal de Glendon, Kenneth McRoberts, a été informé du projet et qu’il a manifesté son approbation avec enthousiasme.

« En publiant d’excellents articles produits par des étudiants du 1er cycle, nous soulignons l’importance des publications et des travaux originaux, qui sont précieux pour l’avenir des étudiants, ajoute-t-il. Cela devrait augmenter la quantité d’activités liées au parcours universitaire chez nos étudiants sans exiger d’engagement financier, ni de leur part, ni de celle de l’Université. »

Un article de Marika Kemeny, agente de communication de Glendon


Publié le 21 avril 2010