L’Ensemble musical de Glendon brille grâce à Stories of the Street

Share

New York, Paris, Londres et Montréal étaient quelques-unes des villes à l’honneur dans la toute dernière production de l’Ensemble musical de Glendon, Stories of the Street, présentée les 5, 6 et 7 février au Théâtre Glendon.

Dès leur entrée, les spectateurs étaient immédiatement transportés dans un paysage urbain baigné de jazz, sur un fond d’ombres et de lucarnes au crépuscule. C’était là tout un tour de force : en ce rude hiver torontois, grâce à la mise en scène spectaculaire et aux effets de lumière, on pouvait presque sentir la brise fraîche d’un soir d’été tomber sur la ville juste avant que le spectacle commence.

Trente chanteurs et musiciens talentueux de Glendon, habillés de vêtements aux couleurs vives, ont interprété des chansons issues d’un grand nombre de styles musicaux : pop et rock, folk et jazz, et même hip-hop, soulignant ainsi les changements – à la fois artistiques et sociaux – qui se sont produits dans nos espaces urbains. Leur énergie et leur enthousiasme contagieux ont plus d’une fois amené le public à applaudir chaleureusement.


Les membres de la chorale chantent Penny Lane

La projection de photographies et de séquences vidéo en arrière-plan apportait une toile de fond idéale à la musique et à la poésie, lesquelles évoquaient les nombreuses facettes des villes modernes par l’entremise de vingt morceaux – des chansons entrecoupées de poésie, décrivant avec force des scènes urbaines. « C’était vraiment un très bon spectacle et j’ai particulièrement aimé certains des poèmes qui faisaient très ‘rue’ », de dire Jonathan, étudiant de 4e année en Mathématiques à Glendon. « J’ai grandi en ville, et ce spectacle me rend heureuse et fière d’être ici, a renchéri Maria, étudiante de 4e année en Psychologie et Linguistique. Je crois qu’ils devraient en faire un disque. »

À gauche : soliste Charlotte Petrie, guitaristes Duncan Cameron, Breno Horsth et Guy Larocque, et batteur Jeremy Wright interprétent Beautiful Day

Les spectateurs ont profité d’un voyage virtuel de deux heures grâce à des arrangements originaux de chansons populaires telles que Streets of Philadelphia de Bruce Springsteen, At the Zoo de Simon et Garfunkel, Take the ‘A’ Train – le grand classique de Billy Strayhorn, et Penny Lane des Beatles. Il y avait aussi des succès récents, notamment Montréal d’Ariane Moffat, King of Spain de Moxy Früvous et Crabbuckit de K-OS, laquelle a dû être jouée deux fois en raison des applaudissements nourris. « The Streets of London [de Ralph McTell] m’a ramenée à un endroit que j’ai visité à plusieurs reprises », a affirmé May Ralston, parente d’un des interprètes, qui a été impressionnée par la qualité du spectacle. « On peut voir à quel point ils aiment jouer et je suis stupéfaite de voir tout le travail que ces jeunes y ont consacré […] – J’aimerais pouvoir chanter comme ça. »

À droite : soliste/guitariste Duncan Cameron, pianiste Luc Mallet et bassiste Lesley Bartlette interprétent Summer in the City

L’Ensemble musical de Glendon, qui en est à sa 9e saison, a été très présent dans les activités du campus, rehaussant ainsi l’atmosphère d’événements tels que la cérémonie du jour du Souvenir, les concerts des Fêtes et les chants de Noël en décembre. « Avant le début de chaque année, nous élaborons une vision pour nos concerts sans savoir qui seront nos membres », confient Laura Cameron et Hannah Renglich, étudiantes de Glendon et co-directrices de l’Ensemble, dans les notes du programme. « Heureusement, nous sommes toujours ébahies par le talent et l’engagement des musiciens de Glendon. »

À gauche : soliste Michelle Longo, guitariste Breno Horsth, bassiste Duncan Cameron et batteur Jeremy Wright interprétent Palmeira

Stories of the Street a offert une excellente soirée où les goûts musicaux de tous ont été satisfaits. C’était un voyage sans même quitter le théâtre, procurant aux spectateurs de nombreuses expériences autant familières qu’exotiques.



Au sujet de l’Ensemble musical de Glendon

L'Ensemble musical de Glendon (EMG) a vu le jour en 1999 en tant que projet étudiant, grâce à l'appui du Service des affaires artistiques et culturelles du Bureau des services aux étudiants du Collège Glendon. L’Ensemble a pour mission d’encourager l’étude de la musique et d’offrir à tous les membres de la communauté l’occasion de mieux connaître la musique de toutes les époques, de tous les styles et de toutes les origines. Composé d’une section vocale et d’une section instrumentale, l’EMG présente un mélange d’instruments modernes et d’époque. Plus de 30 choristes et instrumentistes – étudiants, professeurs, anciens étudiants et amis de Glendon – sont actuellement membres de l’Ensemble, poussés par un amour commun de la musique et du spectacle.


Un article de Cindyrella Miranda, étudiante de 2e année en Psychologie à Glendon et stagiaire en communication, en collaboration avec Marika Kemeny, agente de communication de Glendon.

Publié le 13 février 2009