Glendon se souvient des Canadiens qui ont lutté pour la liberté

Share

Ni le ciel menaçant ni le vent glacial n’ont empêché la communauté de Glendon de se rassembler autour du mât porte-drapeau le 11 novembre dernier, à 11 heures du matin, pour une cérémonie du Souvenir.

La foule nombreuse composée d’étudiants, de professeurs et de membres du personnel a d’abord écouté les réflexions de la principale Françoise Boudreau sur la signification de cette journée. Puis, le programme s’est poursuivi avec de la poésie, de la musique et des extraits de récits de vétérans qui ont participé aux Première et Deuxième Guerres mondiales.

Kevin Friedberg, étudiant à Glendon (informatique et art dramatique), a lu avec émotion, en français et en anglais, un texte composé par Angela Gobeil qui a remporté le concours de prose et poésie d’Anciens Combattants Canada pour le jour du Souvenir. Dans un hommage rendu à tous ceux qui ont combattu à terre, dans l’eau et dans les airs, qui ont été faits prisonniers, qui étaient médecins, infirmières, infirmiers ou gardiens de la paix, et à ceux « qui défendent présentement notre liberté », Angela Gobeil a déclaré : « Nous sommes reconnaissants aux anciens combattants et nous voulons leur dire que nous n'oublierons jamais leur combat pour préserver notre liberté. »

Ed Ciantar et Rashid Ennaffati du Bureau de la sécurité ont mis le drapeau en berne avant une très émouvante minute de silence. Sous la direction de Paulo Bittencourt, les chanteurs de l’Ensemble musical de Glendon ont interprété la poignante pièce a capella de la compositrice canadienne Eleanor Daley « In Remembrance ». Ensuite, le concepteur et organisateur de l’événement, Guy Larocque, directeur des projets spéciaux et du soutien à la recherche, a lu des passages du journal personnel de William Pecover, qui était à la crête de Vimy en 1917 (en anglais), et de celui de Jean-Paul Gagnon, qui a combattu en Normandie en 1944 (en français).

L’hymne national a mis fin à la cérémonie dans une atmosphère prouvant que ceux qui se sont sacrifiés pour nous et ceux qui continuent de le faire ne sont pas oubliés à Glendon.

By Glendon Communications Officer Marika Kemeny


Publié le 12 novembre 2004