Inauguration officielle du Centre d’excellence à Glendon

Partager

Le campus Glendon de l’Université York a fêté l’inauguration officielle du Centre d’excellence pour les études postsecondaires en français et bilingues. Ce centre facilitera l’accès des étudiants francophones du sud de l’Ontario à des études supérieures en français.

La construction du Centre d’excellence a été possible grâce à un investissement de 20 millions de dollars du gouvernement de l’Ontario. Premier nouveau bâtiment depuis la création du campus en 1966, le Centre annonce un bel avenir pour l’éducation en français et bilingue à Glendon.

À droite : Kenneth McRoberts, principal de Glendon, Harriet Lewis, secrétaire et avocate générale de York, Mamdouh Shoukri, président et vice-chancelier de York, [l'honorable Kathleen Wynne, députée de Don Valley-Ouest, l'honorable Madeleine Meilleur, Ministre déléguée aux Affaires francophones, et Paul Genest, sous-ministre délégué aux Affaires francophones], se joignent aux membres du corps professoral et du personnel de Glendon pour fêter l’inauguration officielle du Centre d’excellence de Glendon

« À l’Université York, nous sommes convaincus qu’il est nécessaire d’élargir l’enseignement postsecondaire en français et bilingue pour répondre à une demande croissante à cet égard dans le sud de l’Ontario », a déclaré le président et vice-chancelier de York Mamdouh Shoukri lors de l’inauguration officielle du Centre le 15 mai. « Je suis fier que nous puissions offrir des possibilités d’études à la population francophone – en  expansion – ici même sur le campus Glendon de York. »

 

Pour Shabbirr Auhammud, étudiant francophone d’Etobicoke, en quatrième année d’Études françaises, Glendon a été un choix évident, car c’était la seule université de la région à proposer un programme de Baccalauréat en éducation, offert dès la première année d’études, pour les futurs enseignants de français.

« Il est vraiment important que nous reconnaissions tous l’importance d’une francophonie dynamique en Ontario. Cela fait partie de notre vision, à savoir qu’il n’y a pas qu’une seule façon de faire les choses. Et je crois que cela explique en partie pourquoi l’Ontario et le Canada sont devenus un modèle dans le monde », a déclaré Kathleen Wynne, députée de Don Valley-Ouest. « Le Centre d’excellence réaffirmera cette vision pour les générations à venir et sera au cœur de l’éducation en français et bilingue en Ontario », a-t-elle ajouté.

À gauche : Les invités échangent dans le nouveau Centre d’excellence pour les études postsecondaires en français et bilingues sur le campus Glendon de l’Université York

Le Centre comprend notamment des salles de classe, des aires réservées à l’étude et un amphithéâtre de 250 places. Ce nouvel espace permettra d’accueillir un plus grand nombre d’étudiants et d’élargir l’éventail des programmes proposés à Glendon.

« Grâce à ce bâtiment appelé Centre d’excellence, c’est l’ensemble de Glendon qui devient un centre d’excellence », a dit le principal de Glendon Kenneth McRoberts.

Glendon a une longue histoire d’enseignement bilingue et en français. « En tant que Centre pour les études en français et bilingues, [ce bâtiment] revêt une grande importance. En y apportant son soutien, le gouvernement de l’Ontario a reconnu Glendon comme l’endroit où étudier en français dans le sud de la province», a déclaré Jerzy Kowal, principal adjoint, Enseignement et Recherche.

À gauche : Shabbirr Auhammud

Drew Pinkerton, étudiant de troisième année dans le programme d’iBA, a choisi Glendon après ses études secondaires dans un programme d’immersion en français, car c’était l’endroit idéal pour poursuivre ses études bilingues. « Je voulais pouvoir tirer parti de toutes les possibilités qu’offre la connaissance de deux langues au Canada », a expliqué Drew Pinkerton. « La petite taille du campus représente aussi un grand avantage. »

 

Tout en faisant partie de la troisième plus grande université du Canada, les étudiants de Glendon appartiennent à une communauté très unie sur un campus d’environ 3 000 étudiants. M. Kowal compare Glendon à une famille. « Ce sont les gens qui font de Glendon un endroit unique. Ici, tout le monde aime les langues », a-t-il dit.

À droite : Drew Pinkerton

« Nous sommes loin de chez nous, mais en même temps nous nous sentons ici comme chez nous », a expliqué M. Auhammud.

Méliane Etien (BA ’11), diplômée de Glendon, partage cet avis « Le sentiment d’appartenance à une communauté est très fort ici. Les enseignants connaissent notre prénom et il y a un grand choix de clubs et d’associations. »

Francophone venue à Glendon de la Côte d’Ivoire, Méliane Etien a décidé, une fois diplômée, de rester au Canada – et près de Glendon : elle habite à une courte distance à pied du campus et s’y rend au moins une fois par mois.

« C’est formidable que Glendon soit reconnu comme un lieu d’excellence pour les études en français et en anglais » a ajouté Méliane Etien.  « Le bilinguisme ouvre des portes partout dans le monde. C’est vraiment important. »

Article paru dans l’édition du 28 mai 2012 de YFile 


Publié le 30 mai 2012