Approfondir les relations indo-canadiennes

Partager

<p><img style="float: right;" src="http://myglendon.yorku.ca/tinymce/jscripts/tiny_mce/plugins/imagemanager/files/20101214/DMmalone.jpg" alt="" width="190" height="225" />Je sors &agrave; peine d'une <a href="http://globalchallenges.ca/2010/11/18/le-conseil-de-securite-de-lonu-essort-ou-echec/?lang=fr" target="_blank">conf&eacute;rence sur l'Inde</a> organis&eacute;e par le Centre sur les d&eacute;fis mondiaux.&nbsp; Glendon recevait un grand &eacute;rudit et diplomate, le <a href="http://www.idrc.ca/fr/ev-129674-201-1-DO_TOPIC.html" target="_blank">Dr David M. Malone</a>, qui a repr&eacute;sent&eacute; le Canada aupr&egrave;s de l'ONU, a servi comme Haut-Commissaire en Inde et qui dirige actuellement le <a href="http://www.idrc.ca/fr/ev-1-201-1-DO_TOPIC.html" target="_blank">CRDI</a>.<br /><br />De quoi a-t-il &eacute;t&eacute; question? L'auditoire a pu entendre une courte revue de l'histoire du sous-continent et de sa politique &eacute;trang&egrave;re depuis l'ind&eacute;pendance.&nbsp; L'ancien Haut-Commissaire a aussi rappel&eacute;&nbsp; le froid dans les&nbsp; relations indo-canadiennes&nbsp; suite aux tests nucl&eacute;aires de Pokhran (1974).&nbsp; L'Inde a per&ccedil;u l'arme nucl&eacute;aire comme une n&eacute;cessit&eacute; strat&eacute;gique apr&egrave;s ses d&eacute;faites humiliantes aux mains de la Chine (1962) et du Pakistan (1965). &Agrave; cette &eacute;poque, Ottawa se faisait le champion de la non-prolif&eacute;ration et s'est h&eacute;riss&eacute;e devant la politique de New Delhi.<br /><br />Ce d&eacute;bat est-il moins pertinent aujourd'hui? En tout cas, le Dr Malone a d&eacute;montr&eacute; que le Canada a tout int&eacute;r&ecirc;t &agrave; d&eacute;velopper des relations plus &eacute;troites avec une Inde en plein essor. C'est d'abord une question de diversification des &eacute;changes commerciaux. Il s'agit de r&eacute;duire notre d&eacute;pendance par rapport aux &Eacute;tats-Unis et de d&eacute;velopper des partenariats avec un pays qui conna&icirc;t une expansion &eacute;conomique remarquable.<br /><br />En m&ecirc;me temps, l'Inde est le pays &eacute;mergent qui nous ressemble le plus. Nous partageons des valeurs d&eacute;mocratique, un syst&egrave;me f&eacute;d&eacute;ral et parlementaire et l'usage de la langue anglaise.&nbsp; Il y a aussi des affinit&eacute;s culturelles. La communaut&eacute; indienne du Canada est, toutes proportions gard&eacute;es, la plus importance du monde. Les auteurs indo-canadiens sont populaires (Rohinto Mistry, Anita Rau Badami, Shauna Singh Baldwin, Anosh Irani, M.G. Vassanji, Jaspreet Singh) d'un c&ocirc;t&eacute; comme de l'autre, et le Festival international des films de Toronto (TIFF) a &eacute;t&eacute; la premi&egrave;re manifestation de ce genre &agrave; <a href="http://www.ctv.ca/CTVNews/SpecialEvent6/20060825/tiff_bollywood_060825/" target="_blank">faire place &agrave; l'abondante production de Bollywood</a>.<br /><br />Nos voisins Am&eacute;ricains ont d&eacute;j&agrave; su tirer avantage de la nouvelle prosp&eacute;rit&eacute; indienne, et les &eacute;changes entre les deux pays se se sont &eacute;largis et approfondis depuis les ann&eacute;es 2000.&nbsp; Dans ce contexte comp&eacute;titif, qu'est-ce que le Canada peut offrir pour app&acirc;ter le partenaire indien?<br /><br />Malone croit que les &Eacute;tats-Unis vont rester une priorit&eacute;, mais que le Canada peut faire de belles avanc&eacute;es s'il se pr&eacute;sente comme membre de l'AL&Eacute;NA et comme tremplin vers le reste de l'Am&eacute;rique du Nord.&nbsp; L'abondance de nos ressources naturelles est aussi un atout, dans un contexte o&ugrave; la classe moyenne indienne est en pleine expansion et modifie ses habitudes de consommation. Finalement, nos partenaires indiens on un pr&eacute;jug&eacute; favorable &agrave; l'&eacute;gard du Canada et de son mod&egrave;le social, lequel permet &agrave; la communaut&eacute; indo-canadienne de s'&eacute;panouir tout en s'int&eacute;grant au pays.<br /><br />Le <a href="http://www.asiantelevision.com/index1.html" target="_blank">Asian Television Network</a> a couvert l'&eacute;v&eacute;nement et nous le rendrons bient&ocirc;t disponible sur le site web du Centre.</p>
<p><em>Un article d'Alexandre Brassard, directeur de recherche et charg&eacute; de cours en science politique &agrave; Glendon</em></p>

Publié le 16 décembre 2010