Les études en arts libéraux, la clé de la réussite d’un cadre supérieur

Share

« Que puis-je faire avec un diplôme bilingue en arts libéraux? » Telle est la question la plus fréquemment posée par les étudiants potentiels qui envisagent de faire des études à Glendon. La réponse la plus convaincante : leur présenter les remarquables réalisations d’un grand nombre des diplômés du Collège.

En voici un parfait exemple : la nomination en 2006 de Ronald Holgerson (à gauche), un diplômé de Glendon, comme vice-président du marketing, des communications, des services aux anciens et du développement du Collège Mohawk, situé à Hamilton, en Ontario. En 1972, M. Holgerson a obtenu un baccalauréat spécialisé en Études anglaises et françaises de Glendon. Pendant ses études de premier cycle, il était passionné par les arts dramatiques et Glendon lui a offert de nombreuses occasions de se consacrer à cette passion et de perfectionner ses talents d’acteur.
« J’ai d’excellents souvenirs des nombreuses soirées passées à répéter des pièces avec une équipe de rêve et à jouer dans
Hamlet, Oedipus Rex, le Songe d’une nuit d’été et l’Épouse campagnarde avec d’autres étudiants, comme Jack Wetherall, Kate Nelligan, Charles Northcote, Rita Davies et John Innes, dont un grand nombre sont devenus des acteurs professionnels », dit M. Holgerson.

En 1968, alors qu’il était à l’école secondaire, M. Holgerson a participé à un forum à Glendon, dont le conférencier principal était René Lévesque. Très impressionné par sa visite, il s’est inscrit à Glendon au mois de septembre suivant. « J’avais de très bonnes notes à l’école secondaire et je voulais étudier dans un excellent milieu universitaire, explique M. Holgerson. Le leadership et la vision du premier principal de Glendon, l’ancien haut-commissaire du Canada en Inde, Escott Reid, m’avaient beaucoup impressionné. » M. Holgerson savait que Glendon était l’endroit idéal pour lui.

« Mes études en arts libéraux, particulièrement en anglais, m’ont permis de perfectionner mes compétences en rédaction et m’ont été très utiles par la suite, précise M. Holgerson. Les cours de logique que j’ai suivis dans le cadre du programme de philosophie ont directement développé mon aptitude à préparer des mémoires pour le conseil des ministres, des textes de loi et bien d’autres documents, tout au long de ma carrière au gouvernement et aujourd’hui dans le système collégial de l’Ontario. » Après ses études à Glendon, M. Holgerson a obtenu une maîtrise ès arts à l’Université de l’Alberta et a fait des travaux spécialisés dans les arts dramatiques, dans le cadre d’un programme de doctorat en Études anglaises. Au fil des ans, il a élargi ses connaissances en suivant de nombreux cours portant sur le marketing, les collectes de fonds, la gestion des ressources humaines, le leadership, la médiation et l’orientation des cadres intermédiaires et supérieurs au sein des gouvernements du Canada et de la Saskatchewan.

Son curriculum vitae est des plus impressionnants. Il a travaillé comme danseur, chorégraphe, acteur, directeur exécutif du marketing et des communications, chargé de cours à l’université, analyste des politiques, directeur au gouvernement, cadre supérieur dans deux collèges communautaires et la liste continue…

M. Holgerson explique : « J’avais une carrière prometteuse en danse moderne, comme danseur soliste pour le Alberta Contemporary Dance Theatre, et comme chorégraphe pour cette compagnie et pour le Alberta Ballet. J’ai également joué dans des pièces de théâtre pour le Citadel Theatre à Edmonton, et participé à des spectacles de danse à Montréal et à Ottawa. En 1997, j’ai joué dans un segment de Incredible Story Productions pour YTV, qui a été diffusé plusieurs fois en Ontario. Cette expérience m’a beaucoup plu. Mais lorsque j’ai commencé à avoir des problèmes de dos et de genou, j’ai su qu’il était temps de me concentrer sur mes autres compétences. »

Après une expérience de cinq ans (de 1983 à 1988) dans le marketing et les communications au Conseil des arts du Canada, M. Holgerson a travaillé pendant six ans pour le ministère du Patrimoine canadien, puis pendant trois ans comme directeur des arts, des industries culturelles et du multiculturalisme pour la province de la Saskatchewan à Regina. En 1997, il a accepté le poste de directeur exécutif du marketing et des communications au Collège Sheridan (Toronto), puis en 2004 un poste très semblable au Collège Mohawk. En mars 2006, il a été promu vice-président du marketing, des communications, des services aux anciens et du développement. M. Holgerson, qui est parfaitement bilingue (anglais/français) a travaillé dans les deux langues à plusieurs reprises durant sa carrière. Il a acquis de solides bases en français pendant ses études à Glendon. Depuis, il a étudié le mandarin, le japonais et l’italien. Il est l’exemple même du travailleur des temps modernes – quelqu’un qui se perfectionne toute sa vie et change de poste cinq ou six fois (ou plus) durant sa carrière.

« Je vais tout mettre en oeuvre pour assumer avec succès mon nouveau rôle dans le domaine des collectes de fonds au Collège Mohawk, explique M. Holgerson. Ces trente dernières années, j’ai changé d’emploi plusieurs fois et d’entreprise tous les cinq ou six ans. Je crois qu’il me reste encore une carrière à faire après celle-ci, peut-être dans une université ou dans un poste à l’international. Je m’en remets à Dieu », lance-t-il d’un air malicieux.

En évoquant ses souvenirs de Glendon, sa voix s’adoucit : « Mes professeurs étaient formidables et je garde de bons souvenirs de Michael Gregory, Richard Handscombe, Tony et Beth Hopkins, Cynthia Zimmerman et Penelope Doob qui enseignait Chaucer et la mythologie et était la représentation même d’une princesse de l’époque médiévale. Un grand nombre de mes camarades de classe venaient de familles de bureaucrates d’Ottawa et comme j’étais à Glendon pendant la crise de 1970, c’était une période passionnante. Finalement, j’ai travaillé pour le gouvernement, et je crois qu’une partie de ma sensibilité s’est formée auprès des nombreux amis que j’avais à Glendon. »

Cet article a été rédigé par Marika Kemeny, agente de communication de Glendon.


Publié le 11 décembre 2006