Le groupe de recherche en traduction de Glendon, héritage de Daniel Simeoni

Share

Le 12 novembre, journée retenue pour célébrer 10 ans de recherches fructueuses sur les deux campus de l’Université York, a été assombrie par le décès subit d’un participant des plus respectés, le professeur de traduction de Glendon Daniel Simeoni. M. Simeoni devait accueillir les visiteurs au nouveau laboratoire du Groupe de recherche sur la traduction et les échanges transculturels (GRTET) pour la recherche aux cycles supérieurs à Glendon, dont il assurait la direction. À la place, deux de ses collègues, le professeur d’anglais Ian Martin et la professeure de traduction Maria Constanza Guzmán, l’ont remplacé au pied levé au laboratoire le matin du 12 novembre, prêts à répondre aux questions des visiteurs.

Ce nouveau groupe de recherche, créé en 2007, ainsi que le laboratoire du GRTET sont des projets de M. Simeoni, de la conception jusqu’à l’achèvement. Aucun détail n’échappait à son attention, de la couleur des murs aux affiches décorant la pièce. Il a aussi choisi les ordinateurs et le mobilier afin de créer un espace propice à la recherche de même qu’aux séminaires étudiants et aux colloques spécialisés.

Le GRTET est une partie intégrante du Centre de recherche sur le contact linguistique (CRCL) de l’université. Le CRCL regroupe les activités de recherche des professeurs et des étudiants de l’Université York, qui examinent plusieurs aspects du contact linguistique sur les plans sociétal et individuel.

L’une des réussites majeures de M. Simeoni pour le GRTET est son site Web trilingue (anglais-français-espagnol), qui était son concept et son œuvre, et qui est toujours en construction. Comme le dit si bien le message d’adieu sur la page d’accueil : « Il ne ménageait pas son aide, ses conseils, ses encouragements depuis votre entrée dans le programme et bien au-delà de votre sortie. Vous avez tous pu apprécier la qualité de son jugement, l’ampleur de ses connaissances dans tous les domaines reliés à la traduction et bien au-delà encore. »

M. Simeoni était un expert reconnu mondialement sur les questions et les concepts relatifs à la traduction. En 2005, la communauté internationale des traductologues l’a choisi pour présider le CETRA (Research Centre for Translation, Communication and Cultures), situé à San Pellegrino en Italie. Comme il l’explique dans son introduction sur le site Web du GRTET, M. Simeoni considérait Toronto comme un endroit idéal pour l’étude de la traduction car « à Toronto, 160 langues sont parlées et utilisées dans les milieux professionnels et à la maison; 91 000 personnes se considèrent véritablement bilingues, et 1 600 personnes déclarent avoir trois langues maternelles. De toute évidence, dans ce contexte multilingue et multiculturel, la traduction, qu’elle soit textuelle ou culturelle, demeure une nécessité. En ce sens, Toronto constitue un terrain de recherche extraordinaire pour quiconque s’intéresse aux enjeux de la traduction dans le monde contemporain. »

Un corps professoral impressionnant vient appuyer les activités du GRTET et plusieurs projets sont déjà en cours. Par exemple, les professeurs Guzmán, Martin et Rosalind Gill participent au projet « Communauté, traduction et interprétation », qui prend la forme d’un groupe de travail sur les politiques linguistiques à Toronto. M. Simeoni effectuait lui-même des recherches sur l’importance de l’habitus du traducteur et a publié de nombreux articles à ce sujet. Il a exploré la notion voulant que les traducteurs ne sont pas des intermédiaires neutres ou « transparents » dans le processus textuel, mais plutôt des produits de leur environnement et de la société dans laquelle ils vivent, facteurs qui influent grandement sur les résultats de leur travail. Les conférences du GRTET, portant sur les échanges transculturels, ont accueilli, entre autres, le professeur Sherry Simon de l’Université Concordia, André Markowicz et Françoise Morvan, co-traducteurs des œuvres complètes de Dostoyevsky et Tchekhov, et le professeur Jürgen Meisel de l’Université de Hambourg, spécialiste des périodes sensibles de l’apprentissage linguistique dans l’enfance et actuellement professeur émérite invité à l’Université de Calgary.

« Le GRTET est un groupe de recherche essentiel qui fait partie de l’héritage de M. Simeoni et représente sa vision de la nature transdisciplinaire de la traductologie dans la société contemporaine », a affirmé Mme Guzmán. Le groupe travaille en collaboration avec de nombreux centres de recherche et chercheurs individuels, reflétant ainsi les nombreuses relations de M. Simeoni, son énergie et son dévouement total à son travail.

« Daniel voyait ce projet comme un carrefour de la ville internationale que Toronto incarne », a ajouté le professeur Martin, « et le groupe continuera à travailler dans les domaines dans lesquels il s’était engagé. » Bien que l’ouverture officielle du laboratoire et du CRCL ait été reportée en raison du décès de M. Simeoni, une nouvelle date sera déterminée dans un avenir prochain.

Un article de Marika Kemeny, agente de communication de Glendon.


Publié le 3 décembre 2007