Alain Baudot est fait chevalier de l’Ordre de la Pléiade

Partager

<p>Alain Baudot, professeur &eacute;m&eacute;rite de Glendon en sciences humaines, est l&rsquo;une des six personnes &agrave; avoir re&ccedil;u, le 12 mai dernier, les insignes de chevalier de l&rsquo;Ordre de la Pl&eacute;iade. La c&eacute;r&eacute;monie s&rsquo;est d&eacute;roul&eacute;e dans la r&eacute;sidence du lieutenant-gouverneur de l&rsquo;Ontario, l&rsquo;honorable <a href="http://www.lt.gov.on.ca/fr/default.asp" target="_blank">David C. Onley</a>, qui a remis les six m&eacute;dailles en pr&eacute;sence du d&eacute;put&eacute; <a href="http://en.wikipedia.org/wiki/Jean-Marc_Lalonde" target="_blank">Jean-Marc Lalonde</a>, pr&eacute;sident de la section ontarienne de l&rsquo;<a href="http://www.francophonie.org/L-Assemblee-parlementaire-de-la.html" target="_blank">Assembl&eacute;e parlementaire de la Francophonie</a> (APF). <br /><br />Cr&eacute;&eacute; en 1976 par l&rsquo;APF, l&rsquo;<a href="http://www.bonjour-hello.ca/fr/?prov=PE&amp;cat=100&amp;pg=27" target="_blank">Ordre de la Pl&eacute;iade</a> est une r&eacute;compense internationale qui reconna&icirc;t la contribution et les m&eacute;rites exceptionnels de personnalit&eacute;s qui ont su favoriser la coop&eacute;ration et l&rsquo;amiti&eacute; entre les membres de la Francophonie.</p>
<p><img style="display: block; margin-left: auto; margin-right: auto;" src="http://monglendon.yorku.ca/tinymce/jscripts/tiny_mce/plugins/imagemanager/files/2011/may/may_18/Lalonde_Baudot_Onley_sm.jpg" alt="" width="500" height="333" /></p>
<p class="image_caption" style="text-align: center;">De gauche &agrave; droite : Jean-Marc Lalonde, Alain Baudot et l'honorable David C. Onley</p>
<p>Alain Baudot, un pionnier des &eacute;tudes francophones, en est un exemple remarquable. Il a publi&eacute; plus de cent articles savants et con&ccedil;u pour l&rsquo;enseignement dans ce domaine des outils qui sont utilis&eacute;s dans les universit&eacute;s de l&rsquo;Ontario, du Qu&eacute;bec, de l&rsquo;Europe et des &Eacute;tats-Unis. Il a fait conna&icirc;tre ses travaux dans de nombreux colloques, ainsi que par les activit&eacute;s du <a href="http://www.livres-disques.ca/editions_gref/home/dynamic.cfm?id=78" target="_blank">GREF</a>, le Groupe de recherche en &eacute;tudes francophones, qui est &eacute;tabli au coll&egrave;ge Glendon et dont il est le fondateur.<br /><br />Fondateur aussi et ancien directeur du d&eacute;partement des &Eacute;tudes pluridisciplinaires, Alain Baudot a mis au point un grand nombre de cours offerts en fran&ccedil;ais &agrave; Glendon. Il a longtemps &eacute;t&eacute; un membre actif de l&rsquo;Association des universit&eacute;s partiellement ou enti&egrave;rement de langue fran&ccedil;aise (<a href="http://www.refer.mg/general/histoire.htm#1" target="_blank">AUPELF</a>), de m&ecirc;me que de la <a href="http://www.biennale-lf.org/" target="_blank">Biennale de la langue fran&ccedil;aise</a>. En 1988, il &eacute;tait l&rsquo;un des six membres d&rsquo;un comit&eacute; scientifique cr&eacute;&eacute; sous l&rsquo;&eacute;gide du R&eacute;seau de la litt&eacute;rature francophone de l&rsquo;UREF (Universit&eacute; des r&eacute;seaux d&rsquo;expression fran&ccedil;aise), un regroupement mondial de scientifiques francophones. <br /><br /><img style="float: right;" src="http://monglendon.yorku.ca/tinymce/jscripts/tiny_mce/plugins/imagemanager/files/2011/may/may_18/Medallion_sm.jpg" alt="" width="100" height="202" />Alain Baudot est &eacute;galement le fondateur des <a href="http://gref.avoslivres.ca/" target="_blank">&Eacute;ditions du GREF</a>, qui publient des &oelig;uvres importantes de la litt&eacute;rature francophone et d&rsquo;&eacute;minents travaux sur la langue fran&ccedil;aise. Le GREF a permis &agrave; de nombreux auteurs francophones vivant en Ontario de faire entendre leur voix, et donc aux r&eacute;sidents de Toronto et de toute la province de lire des &oelig;uvres du cru &eacute;crites en fran&ccedil;ais. <br /><br />Gr&acirc;ce &agrave; ses recherches, &agrave; son engagement social et &agrave; son travail d&rsquo;&eacute;diteur, Alain Baudot a contribu&eacute; de fa&ccedil;on marquante au dialogue entre les deux cultures, en plus de jouer un r&ocirc;le essentiel dans l&rsquo;&eacute;panouissement de la francophonie ontarienne.<br /><br />Parmi ses r&eacute;alisations sans nombre, on retiendra son r&ocirc;le de critique musical sur les ondes du r&eacute;seau national de Radio-Canada et de la station francophone de Toronto, CJBC; celui de conseiller p&eacute;dagogique et d&rsquo;animateur sur TFO, la cha&icirc;ne de t&eacute;l&eacute;vision francophone de l&rsquo;Ontario; et celui de fondateur et chef de l&rsquo;Orchestre symphonique de Glendon. <br /><br />Entre autres nombreuses distinctions, il est &eacute;galement membre de la Soci&eacute;t&eacute; royale du Canada, officier de la Couronne de Belgique, officier de l&rsquo;Ordre des Palmes acad&eacute;miques et laur&eacute;at du prix de l&rsquo;Alliance fran&ccedil;aise de Toronto. Il a re&ccedil;u la M&eacute;daille d&rsquo;honneur des Soci&eacute;t&eacute;s musicales et chorales de France, un prix d&rsquo;honneur pour son travail b&eacute;n&eacute;vole aupr&egrave;s du minist&egrave;re de la Citoyennet&eacute; et des Affaires culturelles de l&rsquo;Ontario, ainsi que la M&eacute;daille d&rsquo;honneur de la ville de Bayeux. De 1998 &agrave; 2005, il a pr&eacute;sid&eacute; le Salon du livre de Toronto.<br /><br />&laquo; La c&eacute;r&eacute;monie du 12 mai est inoubliable &ndash; l&rsquo;un des temps forts de ma carri&egrave;re, commente l&rsquo;int&eacute;ress&eacute;. C&rsquo;&eacute;tait d&rsquo;autant plus &eacute;mouvant que, au sein du groupe restreint des 40 &eacute;lus &agrave; l&rsquo;&eacute;chelle mondiale, nous &eacute;tions six Ontariens. &raquo; Et de fait, la journ&eacute;e a &eacute;t&eacute; un encha&icirc;nement ininterrompu de festivit&eacute;s, depuis la c&eacute;r&eacute;monie d&rsquo;ouverture, suivie de l&rsquo;invitation &agrave; assister &agrave; une rencontre de l&rsquo;Assembl&eacute;e l&eacute;gislative depuis le &laquo; box &raquo; du pr&eacute;sident, puis de la c&eacute;r&eacute;monie officielle d&rsquo;introduction &agrave; l&rsquo;Ordre, qui s&rsquo;est d&eacute;roul&eacute;e dans la salle de musique du lieutenant-gouverneur, jusqu&rsquo;&agrave; une autre r&eacute;ception en l&rsquo;honneur des laur&eacute;ats et de leurs invit&eacute;s. M. Baudot s&rsquo;&eacute;tait entour&eacute; de sa femme, Carla Baudot, de sa fille, Laure Baudot, de deux coll&egrave;gues de Glendon, les professeurs &eacute;m&eacute;rites Claude Tatilon et Christine Klein-Lataud, de l&rsquo;auteur Pierre L&eacute;on, ainsi que du principal de Glendon, Kenneth McRoberts. Un &eacute;l&eacute;gant d&icirc;ner au Bistro 990 de l&rsquo;h&ocirc;tel Hyatt, o&ugrave; se sont retrouv&eacute;s les laur&eacute;ats et leurs familles, a cl&ocirc;tur&eacute; cette journ&eacute;e m&eacute;morable.</p>
<p><img style="display: block; margin-left: auto; margin-right: auto;" src="http://monglendon.yorku.ca/tinymce/jscripts/tiny_mce/plugins/imagemanager/files/2011/may/may_18/winners_sm.jpg" alt="" width="500" height="337" /></p>
<p class="image_caption" style="text-align: center;">Les gagnants de l'ann&eacute;e en cours : Alain Baudot est le premier &agrave; gauche en arri&egrave;re</p>
<p>Pendant la c&eacute;r&eacute;monie, l&rsquo;un des coll&egrave;gues d&rsquo;Alain Baudot a lou&eacute; son travail d&rsquo;&eacute;diteur en affirmant qu&rsquo;il &laquo; se d&eacute;tache du commun des mortels. D&eacute;bordant d&rsquo;un enthousiasme contagieux, Alain Baudot est un phare pour beaucoup d&rsquo;&eacute;crivains qui arrivent &agrave; Toronto, souvent sans ressources ni relations. J&rsquo;ai &eacute;t&eacute; t&eacute;moin, &agrave; plus d&rsquo;une occasion, de ses encouragements, qui sont all&eacute;s jusqu&rsquo;&agrave; la publication de certains &eacute;crivains peu connus, qui ont pu faire ainsi, gr&acirc;ce &agrave; lui, leurs marques dans la communaut&eacute; litt&eacute;raire francophone. Le dynamisme et le professionnalisme d&rsquo;Alain Baudot sont une source de richesse pour la sc&egrave;ne litt&eacute;raire franco-ontarienne &ndash; celle d&rsquo;aujourd&rsquo;hui et celle de demain. &raquo; <br /><br />L&rsquo;Assembl&eacute;e parlementaire de la Francophonie r&eacute;unit les membres de 77 parlements et organismes interparlementaires des cinq continents. Ses activit&eacute;s consistent essentiellement &agrave; promouvoir et &agrave; d&eacute;fendre la d&eacute;mocratie, le respect du droit et les droits de la personne, et &agrave; rehausser l&rsquo;importance de la langue fran&ccedil;aise et de la diversit&eacute; culturelle sur la sc&egrave;ne internationale. L&rsquo;Ordre de la Pl&eacute;iade comprend cinq grades : Grand Croix, Grand Officier, Commandeur, Officier et Chevalier. Le nom de <a href="http://fr.wikipedia.org/wiki/Pl%C3%A9iade_(XVIe_si%C3%A8cle)" target="_blank">Pl&eacute;iade</a> &eacute;voque celui du groupe d&rsquo;illustres po&egrave;tes de la Renaissance fran&ccedil;aise form&eacute; notamment de <a href="http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_de_Ronsard" target="_blank">Pierre de Ronsard</a>, <a href="http://fr.wikipedia.org/wiki/Joachim_du_Bellay" target="_blank">Joachim du Bellay</a> et <a href="http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Antoine_de_Ba%C3%AFf" target="_blank">Jean-Antoine de Ba&iuml;f</a>. <br /><br /><em>Un article de Marika Kemeny, agente de communication de Glendon</em></p>

Publié le 24 mai 2011