Boréales festivités en l’honneur du Chili à la Galerie Glendon

Share

Si vous n’avez pas l’occasion de partir vers l’Amérique du Sud pour y explorer son pays le plus long, ne vous découragez pas : depuis le 16 septembre, la Galerie Glendon vous offre à peu près la même chose avec sa première exposition de l’année universitaire, intitulée Chile al norte del mundo (« le Chili tout au nord »).

À gauche : (g-à-d) Jorge Gonzalo Fernandez en compagnie de Martine Rheault, coordonnatrice des Affaires artistiques et culturelles de Glendon

Cette exposition met en vedette les œuvres de l’artiste Jorge Gonzalo Fernandez, une collection de peintures et de sculptures qui célèbre l’ensemble des régions et des cultures du Chili à l’occasion de son 200e anniversaire.

Jorge Gonzalo Fernandez est issu d’une famille de peintres et de sculpteurs émigrés au Chili depuis l’Espagne. Il est originaire de Viña del Mar, une jolie station balnéaire du centre du pays, et vit à Brampton, en Ontario, depuis 1986.

À droite : Pachamama, la Terre-Mère

Ses peintures, des huiles sur canevas, se caractérisent par l’emploi de couleurs primaires très vives et par la représentation des différents aspects de la culture chilienne. Les symboles d’anciens rites païens et des manifestations animistes se mêlent à la thématique chrétienne pour tracer le portrait des différentes influences que connaît cette société. L’une des peintures, intitulée Cueca d’après une ancienne danse rituelle aux influences africaines, nous fait voir les costumes folkloriques. La Machí montre un personnage de premier plan semblable au shaman, tantôt sorcier, tantôt psychologue, tantôt musicien, toujours à cheval entre le monde réel et celui des esprits. Quant à Rodeo, elle nous fait découvrir la version chilienne de l’art des cowboys, qui, différente en cela de la tauromachie espagnole, a pour but la domination du taureau, pas sa mise à mort.

À gauche : La Magie de Chiloe

Nombre de peintures sont des représentations des occupations traditionnelles du pays, dont Pescador, où l’on voit un pêcheur aux traits autochtones dans une embarcation typique, avec un paysage de montagnes à l’arrière-plan. La peinture d’un barbu en train de jouer de l’orgue de Barbarie sur le coin d’une rue a fait sourire les spectateurs quand ils se sont retrouvés face à son sujet, Rolando Vasquez, un ami de l’artiste, debout à côté de son image.

À droite : L’esprit de Macuchi

Quelques sculptures s’ajoutent aux peintures, évoquant encore des thèmes fondamentaux de la culture chilienne. Pachamama – la Terre-Mère –, sculptée dans l’érable couleur de miel, irradie la chaleur et la volupté de son sujet. La Magie de Chiloe est une tête d’homme à deux faces évoquant les représentations de Janus, également sculptée dans l’érable, dont la deuxième face est un symbole phallique. Elle s’inspire de la fable du bûcheron magicien qui vit dans les forêts de cette île proche de la côte et qui, en transformant sa hache en flûte, séduit les jeunes femmes grâce à sa musique.

À gauche : Le musicien-shaman du folklore

Une vaste peinture allégorique rend hommage à l’une des principales figures de la littérature et de la culture chilienne, Pablo Neruda. Dans un style magique et surréaliste, le poète est représenté assis à sa table en train d’écrire, entouré d’éléments caractéristiques du paysage chilien : les Andes, l’océan prodigue, une muse presque transparente qui joue de la harpe, le Machu Picchu – sujet d’un poème de l’artiste –, des fruits nourriciers, un oignon qui flotte dans le ciel, autre référence à un poème célèbre, etc. Cette œuvre monumentale est un condensé de l’amour de l’artiste pour son pays et de la vénération qu’il manifeste à l’égard de sa culture et de ce grand homme qui a tant fait pour la valoriser.

À droite : Rolando Vasquez, qui a servi de modèle pour le joueur d’orgue de Barbarie

Lors du vernissage, le 16 septembre, la Galerie Glendon a accueilli une foule immense composée d’étudiants, de membres du personnel, d’expatriés chiliens venus célébrer l’artiste et l’anniversaire du pays, ainsi que de représentants des corps diplomatiques de nombreux pays d’Amérique du Sud. Martine Rheault, coordonnatrice des affaires artistiques et culturelles de Glendon, a remercié toutes les personnes qui ont offert leur appui et contribué au succès de l’événement.

À gauche : Allégorie de Pablo Neruda

La touche magique : d’excellents hors-d'oeuvre typiquement chiliens (ceviche, mousse aux artichauts et aux olives, bouchées de calmar, de loup de mer et de saumon, servis par l’entreprise de Jose Labra, Flo Trading, d’Oakville) ont procuré bien du bonheur à ceux qui les ont goûtés et rehaussé cette expérience exotique exceptionnelle, tout comme les merveilleux vins chiliens qui les accompagnaient, généreusement offerts par le consulat du Chili.

À droite : La cueca, danse traditionnelle

L’inauguration de Chile al norte del mundo marquait le lancement du 19e Festival des images et des mots -- Festival 19 de la palabra y del imagen, qui présente toute une série de rencontres culturelles latino-américaines, sous la direction de Margarita Feliciano, professeure émérite d’espagnol et directrice de la maison d'édition Antares, établie à Glendon. Ce festival organise des causeries, présente des films et des expositions artistiques et propose bien d’autres activités. Pour connaître la programmation du festival, contactez Margarita Feliciano, au 416-487-6787.

À gauche : La harpiste uruguayenne Martha Mazzoleni et son instrument

Après une tournée de l’exposition guidée par Jorge Gonzalo Fernandez, l’artiste uruguayenne Martha Mazzoleni a joué des airs folkloriques latino-américains à la harpe du Paraguay, pour le plus grand plaisir d’un auditoire ravi et attentif. Le concert a été suivi par le lancement des publications récentes des éditions Antares, sous le titre Otras latitudes : voces argentinas alrededor del paralelo 49 (« Sous d’autres latitudes : voix argentines près du 49e parallèle »).

L’exposition Chile al norte del mundo est présentée à la Galerie Glendon jusqu’au 2 octobre. Pour les heures d’ouverture et les indications routières, visitez le site Web de la Galerie.

La prochaine exposition, Chez le disquaire, mettra en vedette l’artiste manitobain Kevin Ei-Ichi de Forest et aura lieu du 25 octobre au 30 novembre.

Un article de Marika Kemeny, agente de communication de Glendon


Publié le 1 octobre 2010