Popularité croissante de l’espagnol à Glendon

Share

« L’importance croissante de l’espagnol dans la vie nord-américaine et l’essor des relations économiques et commerciales entre le Canada et les pays d’Amérique latine laissent prévoir une augmentation des débouchés pour ceux qui se spécialisent en études hispaniques. » Voilà ce qu’on peut lire sur le site Web des études hispaniques de Glendon, et la croissance phénoménale de ce département reflète, en effet, celle de l’importance de l’espagnol, langue qui compte le plus grand nombre de locuteurs au monde après le chinois.

Caridad Silva, récemment promue au titre de professeure titulaire, est à Glendon depuis 1975. Elle se spécialise dans la littérature latino-américaine, les récits d’écrivaines contemporaines et le cinéma ibérique et latino-américain. L’un des plus anciens membres du département d’études hispaniques de Glendon, elle a joué un rôle clé dans la transformation de ce qui était auparavant le « programme d’espagnol », offert au sein du département d'études françaises, en un département à part entière. « En 1975, le programme d’espagnol de Glendon accueillait environ 65 étudiants. Aujourd’hui, près de 600 étudiants sont inscrits aux cours de notre département », déclare Caridad Silva. Elle a dirigé le département pendant 18 années, réparties entre plusieurs mandats. Pendant qu’elle était en poste, le programme d’espagnol, devenu « département d’études hispaniques », a connu de grands changements : un programme de concentration a été créé, puis un certificat en traduction, de l’espagnol vers l’anglais et de l’anglais vers l’espagnol.

Caridad Silva a participé de façon active à l’élargissement du programme de cours du département. On lui doit entre autres l’utilisation du français comme langue d’enseignement dans les cours d’espagnol, ce qui correspond tout à fait à la mission de Glendon, puisque cela permet aux étudiants francophones de passer directement de l’espagnol à leur langue maternelle et de remettre leurs travaux en français, s’ils le désirent.


Un collage des personnages célèbres de la culture hispanique


« Ce qui distingue le département d’études hispaniques de Glendon, c’est son statut de département autonome plutôt que de section d’un département de langues modernes (au Canada, deux seulement sont dans cette situation privilégiée). Cela offre des possibilités exceptionnelles, quand il s’agit de mettre au point des programmes sur mesure adaptés aux besoins individuels », déclare Esther Raventòs-Pons, actuelle directrice du département et spécialiste interdisciplinaire de la littérature, de la littérature des femmes, de l’art et de la théorie de la critique dans le domaine hispanophone contemporain. Elle sera à Barcelone cet été pour mener une recherche révolutionnaire sur la photographie féminine dans la péninsule et sur de nouvelles façons de « cadrer » le corps.

Un programme de maîtrise, en voie d’être approuvé, sera le seul au Canada à offrir le choix entre l’anglais et le français comme langue de référence. Le certificat en traduction du département, très populaire, est reconnu comme un stage d’application pratique de la langue, et il ouvre les portes du marché du travail. « Les diplômés du programme de certificat sont reconnus comme des professionnels par l’ATIO (l’Association des traducteurs et interprètes de l’Ontario). C’est un avantage énorme sur le marché du travail », ajoute Esther Raventòs-Pons. De plus, un Centre de recherche sur la langue espagnole inaugurera ses activités à l’automne 2007, grâce à l’appui du gouvernement espagnol. Un moniteur sera à la disposition des étudiants de Glendon qui souhaitent pratiquer la conversation, offrant ainsi une occasion supplémentaire d’apprendre ou de perfectionner la langue.

C’est déjà beaucoup pour un département en pleine croissance, mais ce n’est pas tout, loin de là! Fondée en 2005, Antares, la seule maison d’édition trilingue (espagnol, anglais, français) de culture hispanique en Amérique du Nord, a pignon sur rue sur le campus de Glendon. Elle est dirigée par Margarita Feliciano, poète italo-argentine, professeure émérite au département d’études hispaniques, spécialiste de critique et de traduction littéraires et coordonnatrice du certificat en traduction espagnole et anglaise.

Un autre professeur, Jerzy Kowal, est spécialiste de linguistique espagnole générale et appliquée, ainsi que des nouvelles technologies de l’enseignement des langues étrangères. Actuellement en congé sabbatique, Jerzy Kowal travaille à l’écriture d’un manuel d’apprentissage de l’espagnol destiné aux étudiants universitaires, avec le français comme langue de référence.

Le département s’est enrichi récemment de plusieurs nouveaux professeurs, et la liste des domaines de spécialisation qui y sont représentés s’est allongée. María Constanza Guzmán, à Glendon depuis 2005, est rattachée à la fois au département d’études hispaniques et à l’école de traduction de Glendon, auxquels elle apporte son expertise de théoricienne et de pédagogue de la traduction. Elle possède une expérience pratique de traductrice et de gestionnaire de projets de traduction, des atouts précieux pour les étudiants qui aspirent à une carrière dans le domaine. Sa double affectation illustre bien la nature interdisciplinaire des études hispaniques à Glendon, où plusieurs combinaisons de spécialités constituent autant d’excellentes façons de se préparer au marché mondial de l’emploi : espagnol et études internationales, espagnol et histoire, espagnol et sciences politiques, espagnol et traduction vers le français, pour n’en nommer que quelques-unes.

Alejandro Zamora, un autre professeur qui joindra cet automne les rangs du département, en amplifiera encore l’aspect multiculturel, puisqu’il est spécialiste de littérature comparée, qu’il enseigne en espagnol comme en français et s’intéresse aussi à d’autres littératures, comme celles de la Pologne et de la Finlande. Alejandro Zamora donnera également un cours de langue espagnole avec le français comme langue de référence, renforçant ainsi le trilinguisme du département.

Mais l’espagnol ne s’entend pas seulement en classe, à Glendon, c’est également une langue qui vit sur le campus, où se multiplient les occasions d’apprendre… ou de s’amuser, tout simplement. Le Club espagnol, entièrement dirigé par des étudiants et très actif, offre l’occasion d’écouter de la musique ou de pratiquer la conversation et présente régulièrement des soirées de poésie, des films et des rencontres littéraires et artistiques. De celles-ci, la Semana Hispana est l’une des plus courues. La récente soirée littéraire et folklorique L’Espagnol sans frontières, organisée par les étudiants, mettait en vedette la poésie de ceux-ci ainsi que celle de maîtres plus avérés. Sì Sì Cine, le Festival torontois des films latino-américains, et la Celebración Cultural del Idioma Español (CCIE) enrichissent également l’expérience hispanophone à Glendon.

Les étudiants et les diplômés du département d’études hispaniques manifestent leur satisfaction à l’égard de la formation qu’ils ont reçue. Marissa Gregoris, en concentration d’études hispaniques, déclare : « Depuis que j’ai entrepris mes études au département d’études hispaniques de Glendon, je me suis ouvert l’esprit à la littérature, aux arts et aux cultures de partout autour du monde. Quand je quitterai Glendon, j’aurai toujours avec moi cette compétence bien acquise de la langue espagnole, ainsi qu’une meilleure compréhension des nombreux peuples qui la parlent et la vivent. » Joan Shnier (M.A., M.B.A.), traductrice certifiée d’espagnol qui travaille à la pige, ajoute : « J’ai choisi le certificat de Glendon en traduction espagnol-anglais à cause de sa réputation d’excellence. J’ai réalisé qu’au Canada, avec la croissance rapide de la demande de services linguistiques en espagnol due à l’ALENA et avec le taux croissant d’immigration en provenance d’Amérique latine, je devais affiner mes connaissances et augmenter ma crédibilité comme traductrice d’espagnol, et trouver une façon de faire progresser ma carrière. […] Le programme de Glendon offre un milieu d’apprentissage où chacun se sent bien et est encouragé à atteindre l’excellence. »

Un article de Marika Kemeny, agente de communication de Glendon


Publié le 7 septembre 2007