Un legs de Kenneth Penrose BA’85, BA ’88 pour assurer en permanence un soutien important aux étudiants de l'École des affaires publiques et Internationales de Glendon

Partager

C’était en 1983 pendant un cours d’histoire à Glendon, que Kenneth Penrose, BA ‘85 (Histoire) et BA ‘88 (Science politique), a démontré combien l’expérience est un atout précieux dans la salle de classe. « Nous étudiions l’histoire  moderne de la Grande-Bretagne », se souvient Albert Tucker, professeur émérite d’histoire et ancien principal de Glendon. « Je tentais de faire comprendre aux étudiants l’importance du système de classes. » C’est alors que M. Penrose a parlé de son premier emploi comme valet de pied dans l’aristocratie britannique. Ses camarades de classe étaient fascinés.

Pendant ses études à Glendon dans les années 1980, M. Penrose, retraité de 64 ans, s’est toujours distingué parmi les autres étudiants beaucoup plus jeunes que lui. « Pour des raisons compréhensibles, explique Dr. Tucker, il n’avait pas fait d’études secondaires, mais il ne doutait jamais qu’il pouvait contribuer à nos discussions. » Né à Londres, en Angleterre en 1919, Kenneth Penrose a servi dans la Marine royale britannique pendant la Deuxième guerre mondiale avant de se marier et d’immigrer au Canada dans les années 40. Kenneth et Grace Penrose se sont installés à Don Mills et M. Penrose a travaillé pour Bell Canada jusqu’à sa retraite. Le couple n’a pas eu d’enfant, mais la petite-nièce de Kenneth Penrose, Chantal Penrose, BA ‘11 (Études internationales), a étudié à Glendon.

Kenneth Penrose est devenu l’un des meilleurs amis d’Albert Tucker et, pendant l’un de leurs dîners hebdomadaires dans un restaurant chinois de Toronto, longtemps après avoir fini ses études, il lui a confié que ses études à Glendon faisaient partie de certaines des années les plus agréables et les plus importantes de sa vie.

Lorsque l’ancien étudiant de Glendon est décédé en janvier 2011 à l’âge de 91 ans, il a montré combien il était reconnaissant d’avoir pu faire des études. En effet, Kenneth Penrose a légué 100 000 $ à Glendon, en son nom et au nom de son épouse Grace. Cette somme s’est rapidement accrue – pour constituer un fonds de 300 000 $ – grâce à un programme de fonds de contrepartie de l’Université et du gouvernement visant à financer des bourses d’études de deuxième et de troisième cycle. Ces programmes ont pris fin en décembre 2011, mais le legs de Kenneth Penrose a pu en bénéficier, ce qui a permis d’établir des bourses de deuxième cycle pour les étudiants de l’École des affaires publiques et internationales. Ainsi, la Bourse Kenneth et Grace Penrose fournira environ 12 500 $ par an à deux brillants étudiants de deuxième cycle de l’École des affaires publiques et internationales.

« Kenneth parlait souvent de son souhait de faire un legs», dit M. Tucker. « Son don rappelle ses heureuses années à Glendon et son profond amour pour son épouse. »


Publié le 2 mai 2012