Glendon se souvient de ceux qui ont donné leur vie pour la liberté

Share

À la onzième heure du onzième jour du onzième mois, la communauté de Glendon s’est rassemblée en grand nombre en souvenir de ceux qui ont sacrifié leur vie pour que d’autres puissent vivre en paix.

Le principal de Glendon Kenneth McRoberts a parlé de l’importance de rendre hommage à ceux qui ont servi et continuent de servir notre pays. « La plupart d’entre nous n’ont pas de souvenir de la Deuxième Guerre mondiale et il est peu probable que quelqu’un parmi nous se souvienne de la Première Guerre mondiale, dont nous fêtons l’anniversaire de l’armistice le jour du Souvenir. Cette journée nous donne aussi l’occasion de rendre hommage à ceux qui ont été tués durant les guerres plus récentes, et à ceux qui, encore aujourd’hui, risquent leur vie. Les Canadiens assurent en effet des opérations de sécurité dans de nombreuses régions du monde, afin que notre avenir et celui d’autres personnes soit meilleur. »


La chorale de l'Ensemble musical de Glendon chante "Au champ d'honneur"

La chorale de l’Ensemble musical de Glendon (EMG) a chanté une interprétation émouvante de « In Flanders Fields » (« Au Champ d’honneur »), un célèbre poème mis en musique, qui avait été composé en 1915, durant la Première Guerre mondiale, par le lieutenant-colonel et médecin militaire John McCrae, après avoir été témoin de la mort d’un ami proche.

À gauche : Principale adjointe Françoise Mougeon

Françoise Mougeon, principale adjointe (affaires académiques et recherche), a lu un court texte au sujet d’un jeune enfant qui dépose une couronne au pied d’un monument à la mémoire d’un père qu’il ne connaîtra jamais. Mme Mougeon a aussi parlé de son grand-père, tué pendant la Première Guerre mondiale, et de son père qui fut prisonnier de guerre pendant la Deuxième Guerre mondiale. « Nous devons rendre hommage à ces combattants, et apprendre à nos enfants à se souvenir des sacrifices qu’ils ont faits pour que nous vivions dans un monde plus pacifique », a déclaré Mme Mougeon.

Amanda Sartori, présidente de l’Association des étudiants du Collège Glendon, a lu un récit poignant sur la génération perdue pendant la Première Guerre mondiale, l’horreur des batailles et le courage d’un soldat de 19 ans qui avait insisté pour aller sur la ligne de front, au risque d’y laisser sa vie, afin de rejoindre son meilleur ami. Il retrouve alors son ami mortellement blessé, qui lui dit : « Je savais que tu viendrais ». Puis après la bataille, lorsque son commandant le découvre mortellement blessé, le jeune soldat déclare : « Il fallait que je vienne retrouver mon ami. Il aurait fait la même chose pour moi. »

À droite : Amanda Sartori, présidente de l'AECG

Bahia Moussouni, membre du personnel de Glendon et de la chorale de l’EMG, a lu « Le dormeur du val », un poème doux et émouvant d’Arthur Rimbaud consacré à un jeune homme apparemment endormi dans un vallon verdoyant, mais qui en fait est mort, deux trous rouges au côté droit.

Le principal McRoberts a parlé de la fierté nationale renouvelée parmi les Canadiens et de la sensibilisation de la population aux activités de combat pour la paix menées par le Canada dans des pays lointains, comme l’Afghanistan ou ailleurs.

À gauche : Bahia Moussouni, membre du personnel de Glendon et participante dans la chorale de l'Ensemble musical

Ensuite, les participants ont pu voir une courte vidéo sur « l’autoroute des héros » (« The Highway of Heroes »), à savoir le tronçon de l’autoroute 401 entre Trenton (Ontario) et Toronto qu’empruntent les convois transportant les dépouilles des soldats canadiens, tués en mission, jusqu’à leur lieu de repos final. La vidéo montrait de nombreux Canadiens – des soldats, des policiers, des pompiers et des civils – qui viennent se recueillir le long de l’autoroute et sur les passages supérieurs, et agiter le drapeau canadien en hommage à ceux qui ont donné leur vie pour notre liberté.

Pour clore la cérémonie commémorative émouvante, tous les participants ont chanté l’hymne national en français et en anglais.

Un article de Marika Kemeny, agente de communication de Glendon

Publié le 13 novembre 2009