Le professeur Vincent Hildebrand reçoit une subvention du CRSH pour ses travaux sur la réussite économique des immigrants

Share

Vincent Hildebrand, professeur au département d’économie de Glendon, a reçu récemment une subvention du CRSH, afin de financer des recherches en cours sur les disparités économiques entre les groupes d’immigrants. Intitulée « A Cross-Country Analysis of the Nativity Gap » [Analyse interpays du lieu de naissance comme facteur d’écart], la recherche de Vincent Hildebrand examine la façon dont la richesse relative des immigrants varie tout au long de leur processus d’établissement, en ayant recours à des variables comme la différence de revenus, le niveau d’instruction, la structure familiale et la répartition géographique.

Vincent Hildebrand effectue depuis plusieurs années des recherches collaboratives dans ce domaine et il a publié des articles sur des sujets connexes dans nombre de revues savantes. Son projet actuel s’inscrit dans la suite de sa collaboration avec l’économiste réputée Deborah A. Cobb-Clark, dont les travaux font autorité. Mme Cobb-Clark est professeure d’économie à la Research School of Social Sciences de l'Australian National University. Vincent Hildebrand et elle ont cosigné un article intitulé « The Wealth of Mexican Americans » [La richesse des Mexicains-Américains], dans l’édition de l’automne 2006 du Journal of Human Resources (The University of Wisconsin Press, vol. XLI, no 4), dans lequel ils comparent les causes de la disparité entre la richesse relative des Américains d’origine mexicaine et celle d’autres groupes d’Américains, en se basant sur des facteurs comme la taille des familles, le degré d’instruction et l’âge des chefs de famille, et les concentrations géographiques.

En mai 2007, l’Institute for the Study of Labor (IZA) a publié un article d’un groupe de recherche formé notamment de Vincent Hildebrand, Thomas Bauer, Deborah Cobb-Clark et Mathias Sinning, article intitulé « A Comparative Analysis of the Nativity Wealth Gap » [Analyse comparative de l’écart de richesse en fonction du lieu de naissance]. Le groupe s’y intéresse aux causes des écarts dans la richesse relative entre des ménages immigrants d’Australie, d’Allemagne et des États-Unis.

La subvention du CRSH permettra à Vincent Hildebrand de poursuivre ses travaux pendant deux ans encore. Dans sa thèse de doctorat, il avait étudié les habitudes d’épargne des ménages américains, avant d’élargir son sujet pour y inclure d’autres pays. « Je souhaite étudier un plus grand nombre de pays, dit-il, et voir comment des systèmes de recherche différents peuvent produire des résultats différents. » Il s’intéresse également à des facteurs rarement pris en compte jusqu’à présent, essentiellement parce que les données pertinentes n’étaient pas disponibles. Récemment, la publication par Statistique Canada de données détaillées permet d’examiner la question à l’aide de paramètres plus précis.

« Dans le domaine de l’économie, le changement de situation des immigrants quant à la richesse, au moment où ils s’installent, est bien documenté. On connaît peu de chose cependant sur la façon dont la richesse relative des individus nés à l’étranger varie tout au long de leur établissement », explique-t-il. À ce jour, ses travaux montrent que la richesse est une mesure importante de la réussite de l’intégration des immigrants et, par conséquent, un sujet d’étude primordial. « En connaissant mieux les causes d’un écart possiblement attribuable au fait de naître au pays ou à l’étranger, nous pouvons préciser nos conclusions en matière de politiques, et fournir un élément important à la reformulation des politiques en matière d’immigration », ajoute-t-il.

La subvention accordée à Vincent Hildebrand ne profite pas seulement à ses propres travaux. Cet argent lui permettra également d’employer plusieurs étudiants de premier cycle comme assistants de recherche. « Les possibilités de faire de la recherche dès le baccalauréat sont rares, dit-il. Cela permet aux étudiants non seulement de s’immerger dans une activité universitaire qui déborde le cadre de la salle de classe, mais aussi d’acquérir une méthode de recherche, ce qui leur sera très utile pour leurs travaux ultérieurs. »


Pour en savoir davantage sur les recherches en cours à Glendon
La subvention de recherche accordée par le CRSH à Vincent Hildebrand s’ajoute à la liste des récompenses reçues dernièrement par les professeurs de Glendon, qui mettent en évidence la vigueur des recherches en cours sur le campus. Des comptes rendus récents sur le sujet traitent du travail de Suzanne Langlois sur le rôle du cinéma dans la formation de l’opinion publique (« Examining the Role of Cinema in Shaping Public Opinion », dans l’édition du 14 mai 2007 de Y File, http://www.yorku.ca/yfile/archive/index.asp?Article=8438), et d’Evelyne Corcos sur les dessins animés comme moyen de modifier les comportements (« Cartoons and Short Films as Tools for Changing Behaviour Patterns », dans l’édition du 4 avril 2007 de Y File, http://www.yorku.ca/yfile/archive/index.asp?Article=8210).

Des renseignements supplémentaires sur Vincent Hildebrand
Vincent Hildebrand est professeur adjoint d’économie à Glendon. Il détient un baccalauréat de l’Université Paris-IX–Dauphine, ainsi qu’une maîtrise et un doctorat de York University (Toronto). Il enseigne en anglais et en français et ses domaines de spécialité sont l’économie du travail, la microéconométrie, les finances publiques et l’immigration.

Un article de Marika Kemeny, agente de communication de Glendon


Publié le 8 juin 2007