La Journée de simulation des Nations Unies à Glendon passe en revue 60 ans d’ONU

Share

Le 18 novembre dernier a eu lieu à Glendon la Journée de simulation des Nations Unies, organisée par le Club des Nations Unies du collège. L’événement annuel, qui en est à sa deuxième édition, accueillait 50 délégués, c’est-à-dire des membres du Club et des élèves des écoles secondaires Humberside et Oakwood.


Le sécrétariat et le personnel de la conférence DayMUN. De gauche à droite: Brett Ballanger, Emma Cowley, Olga Ilisan, Krysztina Damjanovich, Nathaniel Schroeder, Mathieu Kissin, Siobhan de Graaf, Helen Lam, Marina Ize-Dukuze (représentante de 'Greenhope for Children'), Camaro West, Sheila Ize-Dukuze ('Greenhope for Children'), Marilyn Ize-Dukuze ('Greenhope for Children'), Phylicia Davis, June Findlay, Erica Swanson et Tina Taeput.

Après l’accueil chaleureux de Tobi Strohan, directrice du Bureau de recrutement et liaison, qui a renseigné les visiteurs sur les études à Glendon, la secrétaire générale du Club, June Findlay, étudiante de 4e année en Études internationales, a présenté le thème de la conférence pour cette année : « Défi et changement : 60 ans d’ONU ».

La simulation sur les Nations Unies est une mise en scène véridique des organisations et des comités de l’ONU, dont elle observe les règles de fonctionnement – cela inclut la procédure officielle pour les débats et le code vestimentaire occidental des affaires. Chaque délégué représente un pays membre, déterminé à l’avance.

La journée a été occupée par les discussions et délibérations des deux commissions simulées. La Troisième Commission (sociale, humanitaire et culturelle) de l’Assemblée générale a discuté de solutions pour atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement, et rédigé des résolutions au sujet de problèmes tels que l’extrême pauvreté et la répartition de l’aide au développement. La Commission sur le développement durable, qui bourdonnait d’activité, a produit deux résolutions, l’une sur l’écotourisme et l’autre sur la recherche d’alternatives à l’usage et aux sources énergétiques actuels.

La participation de conférenciers a ancré les problèmes examinés par les comités dans la perspective de la réalité. Shirley Farlinger a discuté de la pertinence et de la nécessité des Nations Unies en tant qu’organisme international, dans le passé, le présent et l’avenir. Mme Farlinger, ancienne présidente de l’Association de l’ONU à Toronto, a souligné sa relation de longue date avec l’ONU, où elle a participé à différents comités et conférences au cours des années. Martin Bunch, professeur adjoint en Études environnementales à l’Université York, a parlé de son expérience du développement durable dans le contexte de ses recherches en cours à Chennai, en Inde. Il a donné l’exemple du besoin criant en eau non contaminée et en installations sanitaires adéquates, et décrit les effets du tsunami de 2004 dans la région. L’un des temps forts de la journée fut la présentation de Marilyn et Sheila Ize-Dukuze, âgées de 12 et 9 ans, fondatrices et porte-parole de Greenhope for Children, un organisme à but non lucratif qui cherche à aider les enfants de toutes les régions du monde à surmonter des épreuves comme la pauvreté et la faim. L’auditoire était pendu aux lèvres de ces fillettes, qui ont raconté leur expérience de réfugiées au Burundi, où elles étaient avant de venir au Canada.

À la fin de la journée, la cérémonie de remise des prix a permis de récompenser les délégués pour leur performance pendant les séances. Parmi les critères de sélection : l’initiative de rédiger les résolutions, la démonstration d’une grande diplomatie et la capacité de faire progresser la recherche de solutions aux problèmes débattus pendant la séance. Les prix ont été remportés par des membres du Club des Nations Unies de Glendon et des élèves de Humberside. Dans son mot de la fin, le principal de Glendon, Kenneth McRoberts, a félicité les délégués de leur excellent travail.


Les délégués en conversation avec une des conférenciers, Shirley Farlinger pendant le déjeuner. De gauche à droite: Sarah Laflamme, Kristi Plastino, Shirley Farlinger, Nefeli Adamides et Amy Gowans
.

Un autre bénéfice de cette journée : pour la première fois, la conférence s’est avérée profitable financièrement, de telle sorte que le Club des Nations Unies de Glendon pourra financer la participation de ses membres à la Conférence simulée des Nations Unies de McGill, qui aura lieu à Montréal en janvier 2006.

Cet article est soumis par June Findlay et Marika Kemeny.


Publié le 12 décembre 2005