Glendon accueille Nino Ricci à l’occasion d’une lecture publique Michael Ondaatje

Share

Le 2 mars, l’auteur italo-canadien Nino Ricci a lu des extraits d’une de ses œuvres à Glendon, clôturant la série de lectures publiques Michael Ondaatje pour l’année 2009-2010. Ricci est diplômé de l’Université York, où il a obtenu un BA en littérature anglaise en 1981. 

À droite : Nino Ricci à la lecture à Glendon (Photo par Brian Desrosiers-Tam)

Né en 1959 à Leamington, en Ontario, Ricci a montré des images de son enfance, notamment les serres où sa famille cultivait des tomates; il a aussi parlé du dialecte de la région natale de ses parents, Molise en Italie, et du sentiment de marginalisation qu’il a ressenti en grandissant dans une famille immigrante au Canada. Ricci a fait des études à Toronto, à Montréal et à Florence, en Italie.

Le patrimoine italien et la langue maternelle de Ricci jouent un rôle prépondérant dans son premier roman Lives of the Saints [« Les yeux bleus et le serpent »], le premier volume d’une trilogie, et encore aujourd’hui son roman le plus populaire. Celui-ci raconte l’histoire de Vittorio, un jeune garçon qui vit à Valle del Sole, un village niché dans la région montagneuse de l’Italie. La voix narrative de Vittorio est à la fois enfantine et mûre – reflétant l’expérience mais aussi une grande innocence – alors qu’il explore les liens et les limites de la famille et de la communauté, de la foi et de la superstition. Les deux autre livres de la trilogie sont intitulés In a Glass House (McClelland and Stewart 1998) et Where She Has Gone (McClelland and Stewart 1999).

(Photo par Brian Desrosiers-Tam)

Avant de lire des extraits de son dernier roman, Ricci a raconté comment l’idée de ce livre lui était venue pendant ses études de premier cycle à York, après avoir suivi un cours intitulé « Men, Morals and Markets » portant sur les penseurs qui avaient remis en question et adapté les concepts de moralité humaine.

Une autre influence aussi importante fut la lecture du livre The Selfish Gene [« Le gène égoïste »] de Richard Dawkins. Ricci a expliqué comment cet ouvrage avait remis en question ses opinions personnelles sur la religion et la moralité, et l’avait conduit à examiner plus en profondeur la nature humaine et les théories de l’évolution.

Ainsi, un cours donnant matière à réflexion et une lecture qui fait changer d’opinions, combinés à une grande amitié et à de très nombreuses expériences canadiennes, ont donné naissance à un roman du même nom que la publication controversée de Darwin The Origin of Species, publié par Doubleday en 2008.

À droite : étudiante de Glendon et reporter Marijke Vander Klok avec Nino Ricci (Photo par Brian Desrosiers-Tam)

L’extrait lu par Ricci présentait son protagoniste Alex Fratarcangeli, un étudiant de deuxième cycle à l’Université Concordia, qui cherche un sens à la vie parmi une réalité souvent décevante. Suivant les traces de Darwin aux îles Galápagos, Alex découvre des rapports intrinsèques invraisemblables dans les relations humaines de tous les jours – et ce, tout en participant à des interviews imaginaires avec le célèbre journaliste Peter Gzowsky de CBC. Alex est un personnage sincère, poignant et drôle, d’où le succès du livre le plus récent de Ricci.

Ricci a parlé de l’écriture, non pas comme d’une idéologie à transmettre, mais comme d’une histoire à partager. Son but est d’arriver à une scène finale ou tout au moins à un aboutissement émotionnel pour ses personnages, en laissant de la place pour l’inspiration et les influences. « Les meilleurs personnages sont ceux qui entrent directement dans l’histoire, déjà façonnés », a dit Ricci.

À gauche : Nino Ricci avec Ann Hutchison, directrice, Département d'anglais à Glendon (Photo par Brian Desrosiers-Tam)

Ricci a reçu deux prix du Gouverneur général dans la catégorie Roman, pour ses œuvres Lives of the Saints (1990) et The Origin of Species (2008). Son roman Testament a été récompensé par le Prix Trillium en 2002.

Au sujet de la série de lectures publiques Michael Ondaatje à Glendon  
La série de lectures publiques Michael Ondaatje est commanditée par le romancier de réputation internationale Michael Ondaatje, qui a enseigné la littérature anglaise à Glendon pendant plusieurs années, ainsi que par le département d’études anglaises de Glendon. Elle met en vedette des écrivains et des poètes canadiens contemporains qui lisent des extraits de leurs œuvres récentes et discutent de leur expérience du processus de création.

Un article de Marijke Vander Klok, étudiante à Glendon


Publié le 15 mars 2010