Fraîchement diplômée de Glendon, Cristina Raimondo reçoit le prix Murray Ross

Share

Le prix Murray-G.-Ross a été attribué cette année à Cristina Raimondo (B.A. Glendon 2005, spécialisation en études anglaises). Nommé en l’honneur du président fondateur de l’Université York, ce prix fort convoité est offert chaque année à une finissante ou un finissant de premier cycle de York pour récompenser la scolarité et la participation exceptionnelle à la vie étudiante.

À droite : Cristina Raimondo avec le prix Murray-Ross

Voilà des critères qui conviennent parfaitement à C. Raimondo. Tout au long de ses études à Glendon, elle a été une participante des plus actives, des plus enthousiastes et des plus dévouées aux activités du campus. Au cours des deux dernières années, elle a été codirectrice artistique de l’Ensemble musical de Glendon, où elle a montré à la fois ses talents de musicienne et d’organisatrice, dans un grand nombre d’événements artistiques, d’activités de recrutement et d’activités pour les Anciens. En avril dernier, elle était seule en scène dans une exposition multimédia bilingue de son cru présentée dans le quartier historique Distillery District, où elle critiquait la culture populaire qui glorifie la violence. Bénévole dévouée dans la communauté et coéquipière d’exception, elle se distingue en outre par son enthousiasme, son sens de la coopération et son humeur joviale, qui sont les traits marquants de sa personnalité.

Le 14 avril, C. Raimondo recevait, avec deux autres étudiants de Glendon, le Prix des Services aux étudiants de Glendon pour sa contribution remarquable à la vie étudiante. Dans son discours de remise des prix, le principal de Glendon, Kenneth McRoberts, a déclaré que C. Raimondo et ses camarades étaient « des étudiants des plus doués, qui trouvent de plus le temps de se consacrer à des activités qui enrichissent la vie de tous les étudiants du
collège
».





















Ci-haut: Raimondo (deuxième de la droite) avec ses présentateurs, membres du corps enseignant au département d'anglais à Glendon, Ann Hutchison, Skip Shand et James Benson.

Dans sa lettre de mise en candidature, la directrice des Affaires artistiques et culturelles de Glendon, Martine Rheault, affirme : « Mme Raimondo partage ses talents innombrables avec ceux qui l’entourent. Je crois qu’elle représente le meilleur de sa génération. Elle a été un membre exceptionnel de la communauté glendonienne. Nous sommes très fiers d’elle et de ce qu’elle a accompli. De fait, c’est une étudiante hors du commun, dont l’avenir se dessine sous un jour remarquable ».

Dans sa lettre de mise en candidature, la directrice des Services financiers aux étudiants, Fiona Kay, parle des performances académiques supérieures de Cristina, qui lui ont valu le Prix d’excellence des Anciens et une place sur la Liste d’honneur du principal pendant quatre années consécutives. « La qualité supérieure de ses travaux universitaires lui ont gagné beaucoup d’estime de la part de ses pairs et de ses professeurs, et montre que Mme Raimondo est une jeune femme intelligente, perspicace et éloquente. Son leadership et sa participation à la vie universitaire ont non seulement enrichi son éducation, mais ont aussi contribué grandement à la vie de l’ensemble de la population étudiante de Glendon », d’écrire Mme Kay.


C. Raimondo a reçu le prix Murray-Ross lors de la cérémonie de remise des diplômes de Glendon, le 11 juin. « C’est un véritable honneur d’avoir été choisie pour recevoir un prix nommé d’après le président fondateur de York, un homme qui a tant donné pour l’Université et qui était, comme l’a dit déjà [la présidente et vice-chancelière de York] Lorna Marsden, “l’un des plus grands visionnaires de York” », a déclaré C. Raimondo. « C’est un accomplissement en soi de voir tout ce que j’ai réalisé reconnu de cette façon, j’en suis ravie et très fière », a-t-elle ajouté.

En septembre, C. Raimondo commencera ses études de maîtrise à York et à Ryerson, en culture et communications. « En ce qui concerne l’avenir, il est certain que j’adorerais rester à l’Université », dit-elle. « Mon mot d’ordre est carpe diem – saisis le jour… Je prendrai chaque jour comme il vient, en essayant d’en tirer le plus possible ! »

Article soumis par Marika Kemeny, agente de communications à Glendon


Publié le 17 juin 2005