Le principal de Glendon Kenneth McRoberts a récemment été nommé président de l’AUFC

Share




Le principal de Glendon Kenneth McRoberts a été nommé président de l’Association des universités de la francophonie canadienne (AUFC), à l’assemblée générale annuelle de l’Association le 1er décembre 2009.

L'AUFC, connu avant 2002 sous le nom de Regroupement des universités francophones hors Québec (RUFHQ), a un double mandat : promouvoir l’enseignement universitaire en milieu minoritaire francophone au Canada; et représenter les besoins et les défis particuliers de ses établissements membres auprès des instances gouvernementales du Canada et des organisations nationales et internationales. Parmi ses activités, l’Association apporte un soutien – sous forme de bourses d’études et de fonds de recherche – aux étudiants qui poursuivent des études dans leur deuxième langue; elle établit aussi des partenariats avec certains organismes gouvernementaux, établissements d’enseignement et organismes de recherche.

La nomination de M. McRoberts est stratégique – comme l’a affirmé la présidente sortante Raymonde Gagné, rectrice du Collège universitaire de Saint-Boniface, à Winnipeg – car elle survient peu de temps après la publication du dernier rapport du commissaire aux langues officielles. Ce rapport souligne la nécessité d’offrir aux étudiants davantage de possibilités d’études universitaires dans leur deuxième langue.  

Le principal McRoberts est le premier anglophone à devenir président de l’AUFC. L’Association regroupe treize établissements hors Québec qui offrent une formation universitaire à des anglophones dans un milieu francophone ou bilingue. « Je pense que je peux apporter une contribution particulière à l’Association étant donné les préoccupations accrues du public au sujet des possibilités d’études universitaires en français qui sont offertes aux anglophones. Plus que toutes les autres universités canadiennes, les universités membres de l’Association sont en mesure de répondre à ce besoin. Il est crucial de faire mieux connaître les possibilités à cet égard », a déclaré M. McRoberts.

À droite : le principal de Glendon Kenneth McRoberts

Kenneth McRoberts est particulièrement bien qualifié pour assumer son nouveau rôle, car il a consacré sa carrière universitaire à l’étude des questions liées au bilinguisme, au fédéralisme canadien et aux questions constitutionnelles. Il a écrit de nombreux articles et chapitres de livres, ainsi que plusieurs livres sur ces sujets. En juin 2004, le gouvernement français l’a nommé Officier de l’Ordre des Palmes académiques en reconnaissance de sa contribution significative à la promotion de l’éducation en français à l’extérieur de la France. Il a aussi reçu un doctorat honorifique de l’Université Laval en septembre 2004.

Le rapport du commissaire aux langues officielles indique qu’il est actuellement important, dans le contexte de l’histoire du Canada, de se pencher sur la question de l’apprentissage approfondi d’une deuxième langue au niveau universitaire. Le rapport souligne qu’il existe actuellement des besoins importants en ce qui concerne la formation de diplômés vraiment bilingues. Parmi ces besoins, le pays doit commencer à remplacer un grand nombre de retraités de la fonction publique, et répondre à la demande de plus en plus grande de diplômés capables de fonctionner dans plusieurs langues dans un milieu de travail international.

Selon le rapport du commissaire aux langues officielles présenté au gouvernement fédéral, les possibilités d’études dans des programmes de langue seconde de type immersion – actuellement offertes dans les universités canadiennes – sont inadéquates. Le commissaire souligne que plusieurs organismes gouvernementaux, qui relèvent du ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles, se doivent d’aborder cette question de manière sérieuse et approfondie pour que « […] les jeunes Canadiens puissent pleinement profiter de la dualité linguistique de notre pays ».

En tant que nouveau président de l’AUFC, M. McRoberts a pour objectif de consolider la position de l’Association et de ses membres, pour qu’ils puissent répondre aux défis présentés dans le rapport du commissaire. « L’Association a actuellement un rôle particulièrement important à jouer en donnant à ses membres les moyens de créer des programmes qui permettront d’accroître le vrai bilinguisme parmi les étudiants universitaires anglophones, a déclaré M. McRoberts. Ce rôle contribuera aussi à répondre aux besoins des communautés francophones minoritaires, qui demeurent encore aujourd’hui une préoccupation. »

Pour en savoir plus sur Kenneth McRoberts

Kenneth McRoberts est principal du Collège universitaire Glendon depuis 1999 et remplit actuellement son troisième mandat à ce poste. Éminent professeur de science politique, il détient un doctorat de l’Université de Chicago et est reconnu comme un spécialiste des politiques constitutionnelles canadiennes. Il a été le premier directeur de l’École des Affaires publiques et internationales de Glendon et directeur du Robarts Centre for Canadian Studies. Il a été rédacteur en chef de la Revue internationale d’études canadiennes pendant six ans et président de l’Association canadienne de science politique.


Publié le 21 janvier 2010