Des étudiants de Glendon mettent leurs compétences en commercialisation au service d’un programme d'équitation pour les personnes handicapées

Share

La Community Association for Riding for the Disabled (CARD) et des étudiants de Glendon inscrits au cours de troisième année Marketing and Consumer Economics du professeur Rafael Gomez sont sur le point d’établir un partenariat qui promet d’apporter bien des avantages à tous ceux qui y prennent part. Il ne saurait en être autrement lorsque la coordonnatrice du financement et la directrice des programmes de CARD se joignent à une équipe d’étudiants enthousiastes, sous la conduite de leur professeur dévoué.

De gauche à droite: Abbey Simbrow et Bonnie Hartley de CARD avec des étudiants de Glendon

Le projet est un élément clé des travaux du cours ECON 3245 et constitue le principal devoir obligatoire pour le deuxième semestre. Le professeur Gomez choisit chaque année un projet de classe différent dans le but de contribuer positivement à la vie de la collectivité, et ce de plusieurs façons. Il dirige ces projets comme une entreprise simulée de firme-conseil. Les étudiants de la classe de cette année ont été répartis en équipes de travail et doivent proposer des solutions à des problèmes de commercialisation réels touchant, entre autres, la restructuration de sites Web, les techniques innovatrices de financement, l’augmentation du bénévolat de même que les nouvelles techniques publicitaires visant à augmenter la notoriété de l’organisme et à présenter une image de marque positive de CARD à un plus large public.

Fondé en 1969, CARD est un organisme important mais peu connu qui offre l'occasion à des enfants et à des adultes ayant des handicaps physiques et psychologiques divers de faire de l’équitation à des fins thérapeutiques dans la grande région de Toronto. Le matériel publicitaire de CARD permet de mieux se rendre compte de l’importance de l’organisme pour ses « clients » en présentant certains de leurs succès. Parmi ceux-là, une jeune fille de 12 ans dont la mère a entendu la voix pour la toute première fois, alors qu'elle répétait les ordres pour mener un cheval. Un autre garçon, considéré non verbal, a prononcé ses premiers mots dans une phrase complète en voyant son instructeur d’équitation à la télévision. Ou encore un enfant de quatre ans sans muscles du tronc ayant appris à chevaucher étendu sur le cheval et qui a développé des muscles lui permettant de se tenir droit.


Les clients sont envoyés à CARD par des professionnels de la santé à des fins de réadaptation, de psychoéducation et d'activité physique adaptée. Les personnes atteintes d’infirmité motrice cérébrale, de dystrophie musculaire, de sclérose en plaques, d'autisme, du syndrome de Down et d'autres maladies peuvent bénéficier grandement de l'occasion d’établir un rapport avec un thérapeute, un cheval, et d’acquérir toute une gamme de nouvelles habiletés physiques et psychologiques. Leur sentiment de réussite peut parfois vaincre des obstacles considérables qu'elles ne seraient pas capables de surmonter par d'autres moyens.

Bien que CARD emploie des thérapeutes spécialisés et pleinement qualifiés pour l’aspect professionnel du programme, l’organisme dépend fortement du soutien financier des entreprises et des particuliers ainsi que d'un apport continu de bénévoles. Pour chaque cavalier qui monte un cheval, au moins quatre bénévoles sont requis; l'organisme a aussi besoin de bénévoles pour s'occuper des animaux. Tous les chevaux ont été donnés gracieusement à l'organisme, dont un ayant appartenu à la directrice du programme, Abbey Simbrow. Les chevaux sont soumis à de nombreuses évaluations et à un entraînement complet afin de s'assurer que les cavaliers et les chevaux évoluent dans un milieu sûr et convenable.


CARD bénéficie de l’appui de plusieurs partenaires publics tels que l’hôpital pour enfants Bloorview, le ministère des Services sociaux et communautaires de l’Ontario, le Service des loisirs et des parcs de la ville de Toronto, les Œuvres pour enfants Ronald McDonald et le Ontario Thoroughbred Farm Managers Club, entre autres. CARD organise des activités de financement et d'autres événements visant à augmenter la notoriété de l'organisme. Aux 12 employés de CARD s’ajoutent 300 bénévoles ainsi qu'un conseil d'administration composé de bénévoles, dont le professeur Gomez.

Visiblement, pour continuer à offrir ses programmes, CARD a besoin de faire connaître ses réussites extraordinaires, de même que ses besoins non comblés. Le 7 février, Abbey Simbrow et la coordonnatrice du financement de CARD, Bonnie Hartley, ont rendu visite à la classe du professeur Gomez à Glendon afin de donner aux étudiants des renseignements sur l’organisme et de répondre à leurs questions. Leur dévouement envers le programme a été pour les étudiants une grande source de motivation pour proposer le plus grand nombre possible d'idées réalisables afin d'aider CARD à remplir son mandat qui est de créer « un lien magique […] pour améliorer la vie des adultes et des enfants handicapés au moyen de programmes d’équitation thérapeutiques de qualité. » Comme l’a affirmé Bonnie Hartley, « les bénévoles viennent chez CARD pour les chevaux, mais ils restent pour les cavaliers. »

La classe d’économie de Glendon « a devant elle de grands défis, mais aussi des occasions extraordinaires », de dire le professeur Gomez, « en travaillant sur un projet aux facettes si multiples. » Les étudiants visiteront les installations de CARD à la fin février pour une expérience sur place; ensuite, il sera temps pour eux de se mettre au travail et d’élaborer leurs projets de groupe.



En acceptant le projet de commercialisation de CARD, ce cours du programme d'Économie et commerce permet aux étudiants d’acquérir une véritable expérience en commercialisation, avec tous les défis et les complexités que cela comporte. Ce projet a toutefois un autre effet majeur sur les étudiants de la classe du professeur Gomez, celui de se rendre compte de l'importance du travail communautaire et d'aider les personnes dans le besoin, celles qui ont besoin d'un coup de main. Il s’agit là d’une leçon capitale, d’une expérience enrichissante et valorisante.

Cet article a été rédigé par Marika Kemeny, agente de communication de Glendon.


Publié le 23 février 2007