Un rôle clé pour un de nos étudiants en traduction dans la première mondiale d’un opéra canadien

Share

Le ténor James McLennan (à droite), de l’École de traduction de Glendon, interprétera le personnage d’Antoine Tassy dans la première mondiale de Kamouraska, du compositeur Charles Wilson, dernière production de la 35e saison de Opera in Concert (OIC).

Inspiré du roman éponyme d’Anne Hébert, grand classique de la littérature québécoise, l’argument est une histoire d’horreur et d’illusion. Il est inspiré d’un authentique fait divers du 19e siècle : un triangle amoureux sur fond de campagne québécoise. L’opéra de Wilson peint en couleurs terrifiantes la vie d’Elizabeth d’Aulnières, son mariage avec un grand propriétaire de Kamouraska, Antoine Tassy, le violent assassinat de celui-ci et la passion d’Élizabeth pour George Nelson, un médecin américain. La musique de Wilson éveille de puissantes émotions et illustre avec brio des passages d’une grande intensité.

Charles Wilson a composé Kamouraska en 1974–1975, alors qu’il était boursier du Conseil des Arts du Canada. Son œuvre est restée en dormance pendant de nombreuses années, jusqu’à ce que OIC tombe par hasard sur la partition chorale au Centre de musique canadienne, au cours de recherches portant sur une autre œuvre de Wilson, The Summoning of Everyman, présentée en concert en 2004. Pour la production actuelle, Kamouraska a été entièrement revu par le compositeur.

À gauche : Anne Hébert

« Nous présentons la version anglaise du livret de Kamouraska, qui est la transposition de l’un des romans québécois les plus célèbres et les plus étudiés, indique James McLennan. C’est une production audacieuse d’une œuvre qui mérite de renaître, et la possibilité d’en faire partie est une occasion unique et exaltante. »

James McLennan jongle avec une florissante carrière de chanteur d’opéra et des études de traduction à temps partiel, qui tirent maintenant à leur fin. Pour lui, la formation reçue à Glendon est le complément idéal à sa carrière musicale car elle lui permet de perfectionner ses habiletés en français (la langue de nombreux opéras) et d’étendre sa connaissance générale des arts libéraux. « C’est utile aussi d’avoir un métier pour travailler entre les productions musicales ».

Il ajoute : « Kamouraska s’adresse à tous ceux qui s’intéressent à la musique et à la littérature canadienne, et rejoint tout à fait le mandat de Glendon, qui est d’offrir une solide éducation bilingue dans les arts libéraux. »

Deux représentations de Kamouraska sont prévues, le samedi 28 mars à 20 h et le dimanche 29 mars à 14 h 30, au St. Lawrence Centre for the Arts. Une causerie aura lieu avant chacun des concerts avec l’animateur Iain Scott, qui sera sur scène avec le compositeur Charles Wilson, à 19 h 15 le 28 mars et à 13 h 45 le 29. L’entrée est gratuite.

Les billets pour le spectacle sont en vente au guichet de la salle, en personne ou par téléphone, au 416-366-7723 ou 1-800-708-6754, ou en ligne, au www.stlc.com. La salle est accessible aux fauteuils roulants; elle se trouve sur l’itinéraire des transports en commun et à proximité d’un stationnement municipal.

Un article proposé par Marika Kemeny, agente de communication de Glendon


Publié le 24 mars 2009