Cérémonie d’inauguration des travaux pour un nouvel édifice à Glendon

Share

Le 20 septembre a eu lieu la cérémonie d’inauguration officielle des travaux de construction du nouvel édifice qui permettra à Glendon de remplir sa mission de Centre d’excellence pour l’enseignement postsecondaire francophone et bilingue dans le Sud de l’Ontario.

À droite : John Milloy, ministre de la Formation et des Collèges et Universités de l’Ontario et ministre de la Recherche et de l’Innovation

Le président de l’Université York, Mamdouh Shoukri, et le principal de Glendon, Kenneth McRoberts, ont assisté à la première pelletée de terre de ce projet dont la réalisation est prévue pour décembre 2011. Ils étaient entourés de John Milloy, ministre de la Formation et des Collèges et Universités de l’Ontario et ministre de la Recherche et de l’Innovation; Paul Genest, sous-ministre des Affaires intergouvernementales, secrétaire associé du Conseil des ministres et sous-ministre délégué aux Affaires francophones; Jérôme Cauchard, consul général de la France à Toronto; Paul-Arthur Huot, du Bureau du Québec à Toronto, ainsi que de nombreux autres dignitaires, professeurs, membres du personnel et étudiants venus pour souligner ce geste symbolique.

Dans l’annonce officielle faite par le ministre Milloy à Glendon, en 2008, le gouvernement de l’Ontario déclarait son intention d’investir 20 millions de dollars dans l’agrandissement du Collège afin d’améliorer l’accès aux études supérieures en français dans le Sud de la province. Les sommes consenties devaient aussi servir à entretenir des partenariats entre les collèges francophones de l’Ontario et Glendon en leur permettant d’offrir de nouveaux programmes conjoints sur le campus.

À gauche : Paul Genest, sous-ministre des Affaires intergouvernementales, secrétaire associé du Conseil des ministres et sous-ministre délégué aux Affaires francophones

« Nous avons le plaisir d’annoncer que le gouvernement de l’Ontario investit dans la construction d’un bâtiment afin de faire du collège Glendon de l’Université York le Centre d’excellence pour l’enseignement postsecondaire francophone et bilingue dans le Sud de l’Ontario, a déclaré Mamdouh Shoukri, président et vice-chancelier de York. Ce nouvel édifice offrira à nos étudiants francophones l’expérience éducative de qualité supérieure nécessaire aujourd’hui, dans notre environnement économique et politique en constante évolution. »

Le ministre Milloy a manifesté son enthousiasme pour le projet et pour la collaboration exceptionnelle des participants. « Le gouvernement de l’Ontario est fier d’aider Glendon à renforcer encore sa réputation bien méritée d’excellence dans le domaine de l’éducation francophone et bilingue, a-t-il déclaré. C’est un grand jour pour York, un grand jour pour Glendon et un grand jour pour l’Ontario. »


Étudiants, membres de la faculté, et dignitaires à la cérémonie d’inauguration des travaux

Des messages de félicitations ont été lus également de la part de Madeleine Meilleur, ministre des Services sociaux et communautaires et ministre déléguée aux Affaires francophones, et de Kathleen Wynne, ministre des Transports et ancienne ministre de l’Éducation.

« Glendon est un choix qui s’impose pour établir le Centre d’excellence pour l’enseignement postsecondaire francophone et bilingue », a indiqué Paul Genest, un familier du Collège puisqu’il y a prononcé une conférence l’an dernier, lors d’un symposium organisé pour les étudiants du programme de maîtrise de l’École bilingue des affaires publiques et internationales de Glendon (ÉAPI). Il a profité de l’occasion pour annoncer la tenue du premier Jour des Franco-Ontariens et des Franco-Ontariennes, ce 25 septembre. La journée « soulignera l’importance de notre histoire et de la langue française en Ontario ».

À droite : (de gauche à droite) Jérôme Cauchard, consul général de la France à Toronto en conversation avec le principal de Glendon, Kenneth McRoberts

Le principal de Glendon, Kenneth McRoberts, a remercié le ministre Milloy de ses bonnes paroles et de son appui au Collège. Il a rappelé également l’importance du don personnel fait par la présidente émérite de l’Université York, Lorna Marsden, pour soutenir ce projet, ainsi que la contribution de la Banque Nationale.

« Le rôle de Glendon est unique dans le Sud de l’Ontario », a déclaré le principal. « C’est le seul établissement de la région à offrir une telle diversité de cours universitaires en langue française, répartis entre 22 programmes des sciences humaines et sociales, pour l’essentiel, trois programmes de maîtrise et un de doctorat. De plus, la plupart de nos professeurs réguliers peuvent enseigner en français aussi bien qu’en anglais et tous les membres de notre personnel peuvent servir les étudiants dans les deux langues. »

Le principal a rappelé que le tiers de la population francophone de la province vit maintenant dans le Sud de l’Ontario et que ce groupe continue de croître. La région affiche également la plus grande concentration d’élèves en immersion française de la province. Ces données soulignent « le besoin croissant d’une éducation en français au niveau universitaire dans notre région. De fait, le nombre d’étudiants inscrits à Glendon a connu une croissance de 40 % depuis dix ans », passant de 1700 à près de 2700 pour l’année en cours.

À gauche : (de gauche à droite) le président émérite H. Ian Macdonald, Mamdouh Shoukri, John Milloy et la présidente émérite de l’Université York, Lorna Marsden

« Il est évident, par conséquent, que nos infrastructures actuelles ont atteint les limites de leur capacité d’accueil […] et que la décision du gouvernement ontarien d’investir 20 millions de dollars dans notre campus arrive à point nommé, a-t-il ajouté. Le nouvel édifice sera relié au pavillon York et offrira des salles de classe et des aires d’étude ultramodernes aux étudiants, ainsi qu’un amphithéâtre de 250 places.

Sachant que nous disposerions de ces espaces supplémentaires, nous avons pu mettre sur pied plusieurs nouveaux programmes, comme le B. Éd. pour futurs enseignants de français, ajouter l’option d’un BAi bilingue et trilingue à bon nombre de nos programmes déjà établis, mettre au point un programme de doctorat en Études francophones ainsi qu’une maîtrise bilingue en Affaires publiques et internationales (MAPI). Celle-ci est offerte par l’École des affaires publiques et internationales de Glendon, la première école supérieure bilingue dans ce domaine au Canada. »

« L’inauguration officielle des travaux est une étape importante pour notre communauté, a commenté pour sa part le professeur Andrew Clifford, directeur de l’École de traduction de Glendon. Quand la construction sera terminée, Glendon offrira un accueil lumineux et frappant à tous ceux qui viennent sur ce campus pour y vivre une expérience authentique. Les nouvelles classes, les nouvelles salles de conférence et les laboratoires seront des piliers fondamentaux pour la recherche et la formation et ils auront un effet durable sur l’éducation des francophones et des autres groupes d’étudiants. »


Les dignitaires, outil en main, pour la première pelletée

« Le fait d’étudier dans un Centre d’excellence pour l’enseignement postsecondaire francophone et bilingue, un centre reconnu par la communauté internationale, emplit de fierté les étudiants de Glendon et leur donne le sentiment d’être privilégiés, commente quant à lui Oscar Mera-Burbano, président de l’Association étudiante du collège Glendon (AÉCG). Nous sommes très reconnaissants aussi au gouvernement de l’Ontario d’apprécier et de cultiver le caractère unique du bilinguisme à Glendon. »

Le financement offert provient de l’investissement stratégique de 1,4 milliard de dollars dans les infrastructures annoncé par le gouvernement ontarien en 2008 et s’inscrit dans la Politique d’aménagement linguistique de son Programme d’accès aux perspectives d’avenir pour les francophones, qui vise à assurer à la communauté franco-ontarienne un développement durable.

Un article de Marika Kemeny, agente de communication de Glendon

Publié le 23 septembre 2010