Le gouvernement financera l’expansion des programmes offerts en français

Partager

Jeudi dernier, au collège universitaire Glendon de l’Université York, le gouvernement provincial a annoncé qu’il allait octroyer 16,5 millions de dollars aux universités et collèges pour les aider à élargir leur offre de programmes et de services en français. De cette somme, Glendon reçoit 1,5 million de dollars, qui serviront à augmenter l’offre de cours en français dans ses programmes de communications, de fondements du droit, de psychologie, de commerce, de biologie ainsi que les services de son Centre de formation linguistique.


Brad Duguid, ministre de la Formation et des Collèges et Universités

Dans le contexte du Plan d’action pour l’éducation postsecondaire en langue française du ministère de la Formation et des Collèges et Universités, l’annonce de jeudi indiquait également que la capacité du collège universitaire Glendon à offrir un plus grand nombre de programmes en français allait être examinée.

« L’Université York est fière de s’associer au gouvernement de l’Ontario pour développer les programmes et les services qui renforceront l’enseignement francophone et bilingue dans la province, a déclaré Mamdouh Shoukri, recteur et vice-chancelier de l’Université. Nous sommes sensibles à la confiance que le ministère place en nous en encourageant l’expansion des programmes de Glendon, et en nous permettant ainsi de continuer à former l’élite canadienne. »

Le Plan d’action augmentera l’accessibilité des services et de la formation postsecondaires en français dans le centre et le sud-ouest de l’Ontario, en donnant davantage de possibilités aux étudiants des niveaux collégial et universitaire d’étudier en français et de se préparer pour le marché de l’emploi. En effet, tous les établissements francophones, y compris l’Université d’Ottawa et l’Université laurentienne, deviennent admissibles à un financement qui leur permet d’offrir des programmes francophones dans le centre et le sud-ouest de l’Ontario, en partenariat avec les collèges ou les universités de ces régions.


Madeleine Meilleur, ministre déléguée aux Affaires francophones

« De concert avec nos partenaires du milieu de l’éducation, nous voulons nous assurer que tous nos jeunes ont les mêmes possibilités, a déclaré Brad Duguid, ministre de la Formation et des Collèges et Universités. En aidant les étudiants francophones à s’accomplir dans leur langue, nous augmentons l’accès à la formation et à l’éducation nécessaires à l’obtention de bons emplois, nous diversifions notre main-d’œuvre et nous stimulons l’économie. »

Le Plan encourage de même les partenariats entre les établissements postsecondaires bilingues, d’une part, et les employeurs et organismes offrant des services de formation, d’autre part, dans le but d’étoffer l’offre de programmes en français et de fonder un organisme consultatif sur l’éducation en langue française.

« Le Plan d’action diversifie les options des étudiants, des apprentis et des autres apprenants francophones, et apporte du sang neuf dans le réseau de l’enseignement et de la formation postsecondaires francophones en Ontario », a ajouté Madeleine Meilleur, ministre déléguée aux Affaires francophones.


Le principal de Glendon, Kenneth McRoberts (deuxième à partir de la gauche), Brad Duguid, Mamdouh Shoukri et Madeleine Meilleur (à l’extrême droite), lors de l’annonce du gouvernement à Glendon

L’expansion de certains des programmes mentionnés dans l’annonce est déjà en cours, à Glendon mais aussi au collège Boréal et à la Cité collégiale.

L’Ontario compte plus de 600 000  francophones – la plus grande population francophone au Canada, à l’extérieur du Québec –, dont plus du tiers vivent dans le centre et le sud-ouest de la province. D’ici 2020, plus de la moitié de la population francophone de l’Ontario habitera dans ces régions.


Publié le 5 novembre 2013